Soirée débat : LA TOUR DES MENSONGES mercredi 23 mai 20h30 salle Castelbou, organisée par Les Amis de la Terre

Les derniers thèmes ayant retenu notre attention ...

Actualités du quartier

Ne figurent ici que les actualités dont nous avons eu connaissance. Si vous apprenez des choses intéressantes pour tous, n'hésitez par à nous en faire part en utilisant le formulaire ci-contre, nous les répercuterons dans cette rubrique. Merci pour tous.

 

Cliquez sur les images pour accéder aux informations.

Vous pouvez également cliquer sur la vignette de votre choix (petit carré situé sous l'image principale animée).

 

 

Vous pouvez également participer aux discussions que nous ouvrons sur le blog.

Les quatre derniers articles d'actualité sont présentés ci-dessous.

Que ça ne vous empêche pas d'aller lire les autres !

 

 

 

jeu.

05

avril

2018

De l'ombre pour les habitants des Chalets

Cette page -encore en construction- veut aider le lecteur à comprendre :

 

- Le déploiement de l'ombre d'un grand bâtiment au cours d'une journée
- sa durée, variable selon les saisons

- sa représentation au cours de l'année complète
- l'impact que cela aurait sur le quartier et votre lieu de vie

- les effets du soleil sur la santé
- le préjudice subi et les conséquences.

 

Les habitants de Bayard-Belfort, Marengo, Jolimont et 10 Avril devraient pouvoir également s'aider de la démarche et des cartes rassemblées ci-dessous.

 

Merci aux relecteurs courageux.
Alain Roy

 

 

L'ombre, comment ça marche ?

 

Ci-dessous, en regroupant des images, on reconstitue les trajets :

- du soleil, de l'est à l'ouest (en jaune orangé), 

- de l'ombre portée d'ouest en est (en violet ; les traits gris concernent la lune).

Les positions angulaires du soleil (azimut et élévation) sont tirées du logiciel The Photographer's Ephemeris qui alimente les cartes habituellement disponibles sur Google Map.


Quelques souvenirs de mathématiques :( ?
- La largeur de l'ombre est celle supposée de la tour (33 mètres, on négligera ici les variations du diamètre apparent du soleil).
- La longueur de l'ombre est égale à la hauteur de la tour (150m) divisée par la tangente de l'élévation du soleil.

 

L'OMBRE SUR UNE JOURNÉE

 

Dans un premier temps les positions de l'ombre aux heures pleines ont été calculées pour le 15 janvier 2020, journée proche du tiers de l'hiver.
La dernière image, obtenue par superposition des positions précédentes, représente la journée complète du 20 décembre du lever au coucher du soleil.


A partir de cette image on pourra retrouver la durée du passage de l'ombre en un point en comparant la largeur de l'ombre en ce point aux 60 minutes qui séparent deux traits (au dessous).

 

 

Lire la suite 7 commentaires

mar.

30

janv.

2018

Que penser du projet tour Occitanie ?

 

Soirée débat organisée le 18 janvier 2017 par l'Association du quartier Chalets-Roquelaine, et particulièrement Jean-Louis Ducassé et Alain Roy.

 

Présentation de Jean-Louis Ducassé

UN GRAND PROJET D’AMÉNAGEMENT ET DE TRANSPORT AUTOUR DE LA GARE MATABIAU mai 2016
plaquette_du_projet_toulouse_eurosudoues
Document Adobe Acrobat 9.0 MB

Le document précédent est la plaquette de présentation du projet Toulouse Euro Sud Ouest, version mai 2016, où la tour n'apparait pas.

Dans la version plus complète de janvier 2018 (pas encore en ligne lors de la réunion) on la distingue très nettement, moitié logements en orange, moitié bureaux en bleu.

Le téléchargement est possible ici

 

 

 

Compte rendu de la première partie

 

 

M. Garès

 

 

Le projet de la tour est dissocié de la LGV.
En 2012, le projet était un schéma directeur multimodal. Le projet Euro Sud Ouest avait fait apparaître un manque de terrains disponibles et la nécessité d'agrandir le centre de Toulouse, et donc de densifier.
Le projet est devenu double et se sont imposés le réaménagement du quartier et la construction d'une tour.

 

Le périmètre de l'opération concerne 135 hectares: 300000 m2 de bureaux, environ 3000 logements, et en plus une ZAC. La tour abriterait des logements, des bureaux, un hôtel Hilton.
M.Garès reconnaît que ce projet n'est apparu qu'en 2017 et ne faisait pas partie du projet initial.

 

 La tour se trouverait sur le site de l'ancien tri postal et atteindrait une hauteur de 150 mètres. Dans un premier temps, il avait été prévu 50 mètres, en conformité avec le PLUiH, mais les promoteurs ont jugé les coûts trop importants dans ce cas et ont obtenu d'abord 100 mètres, puis finalement Toulouse Métropole a validé le projet à 150 mètres le 10 novembre 2016.

 

La première phase des travaux s'achèverait vers la fin 2019, avec les aménagements du secteur gare et les bords du canal. Le reste se poursuivrait vraisemblablement jusqu'en 2030 ou 2032.

 

 

 

M.Mebaoudj

 

 

L'édification d'une tour ne faisait pas partie du projet TESO lancé en 2012. Il a été annoncé à Cannes en mars 2017, et a été "bouclé" en juillet 2017.

 

Il y a eu absence totale de concertation, d'informations, et l'enquête publique a eu lieu en début d'été, donc a été confidentielle !

 

Arguments contre le projet:

 

- La circulation et le stationnement ne pourront que s'aggraver en raison de la densité excessive de population créée.

 

- Une tour entraîne une consommation énergétique de 25% supérieure à celle de bâtiments moins hauts, ce qui ne va pas dans le sens de la COP 21.

 

- Cette tour abriterait un hôtel Hilton, des bureaux et des appartements de grand standing, mais les logements sociaux ne seraient que plus loin, dans d'autres bâtiments.

 

- Il a été dit que cette tour serait "au coeur du quartier d'affaires Matabiau", mais qui a vu un quartier d'affaires en cet endroit ?

 

- L'ombre d'une tour si haute pourrait gêner les habitants proches (voir plus bas).

 

D'accord pour le réaménagement de ce quartier mais sans une tour.
Que faire? Les élections de 2020 pourront permettre aux citoyens de donner leur avis...

 

 

Lire la suite 0 commentaires

mer.

12

juil.

2017

Une passerelle Concorde-Raisin ?

Dans le cadre du projet Toulouse Euro Sud Ouest, l'équipe de Joan Busquets a planché sur un projet de passerelle qui réunirait deux quartiers trop longtemps séparés par le Canal, et permettrait aux habitants du Raisin de profiter des opportunités marchandes et des animations associatives du quartier des Chalets.

 

Consciente de devoir éviter les défauts des précédentes passerelles mal situées par rapport aux cheminements disparus, inconfortables voire acrobatiques pour certains usagers, l'équipe Busquets a fait un projet qui rétablit un trajet entre la rue de la Concorde (à gauche sur le premier et le troisième dessin, photographiés lors de la projection du 22 juin organisée par Europolia) et le chemin du Raisin en créant deux longs plans inclinés -enfin- adaptés aux cyclistes, voitures d'enfants et handicapés. Un chemin plus court emprunte des escaliers plus directs.

Les arbres existants sont intégrés. Les vues présentées donnent l'envie de s'y promener.

Personne n'a parlé budget lors de la réunion de présentation, la décision de réalisation reste à venir.

 

Je vote pour, et vous ?

A. Roy

On aperçoit l'entrée de la rue de la Concorde à gauche. Le long cheminement en pente intègre les arbres existants.
On aperçoit l'entrée de la rue de la Concorde à gauche. Le long cheminement en pente intègre les arbres existants.
Chemin du raisin à gauche. Au fond le pont Matabiau.
Chemin du raisin à gauche. Au fond le pont Matabiau.
Rue de la Concorde à gauche. Remarquez que le tablier réunit en biais les deux rives, adoucissant ainsi les trajets empruntant les plans inclinés.
Rue de la Concorde à gauche. Remarquez que le tablier réunit en biais les deux rives, adoucissant ainsi les trajets empruntant les plans inclinés.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

0 commentaires

mer.

24

mai

2017

2017, l'année des tigres ?

2016, ils sont arrivés après un hiver doux et un début de printemps encore plus doux.

 

Plus petits que les moustiques habituels, ils ne font pratiquement pas de bruit, ils ont un air fragile, rien à voir avec des tigres sinon leurs pattes et le dessous du ventre rayés blanc sur noir et qu'on ne distingue pas très bien.

 

Il m'a fallu l'avis d'un copain spécialiste de démoustication pour y croire : ce sont bien des moustiques tigres, potentiellement porteurs de maladies embêtantes, qui ont envahi Toulouse. Et ils piquaient encore dans la douceur du mois de décembre, les revoila au mois d'avril...

 

Laissons les spécialistes en parler :

http://moustique-tigre.info
http://moustique-tigre.info

Aire de répartition en France :

Détectée en Italie dans les années 90, l’espèce est surveillée en France métropolitaine depuis les années 2000 avec pour principal outil de surveillance entomologique le piège pondoir. Ce piège constitué d’un seau noir contenant de l’eau (attractif) et d’un morceau de polystyrène flottant (support de ponte) permet de proposer un site de ponte attractif pour l’espèce. Un larvicide est également ajouté pour éviter toute production de moustiques. Cette surveillance est principalement mise en place dans les grandes agglomérations et le long des axes de communication car les œufs et adultes peuvent être déplacés passivement par l’homme.

 

Initialement, les zones surveillées étaient des sociétés importatrices de pneus usagés depuis des zones où Ae. albopictus était présent, ainsi que la frontière franco-italienne. Parallèlement à des introductions, détectées puis contrôlées, chez certains importateurs de pneus dans le nord de la France, l’implantation d’une population d’Ae albopictus a été mise en évidence dans le Sud-Est de la France en 2004 à Menton. La surveillance s’est ensuite amplifiée (13 pièges pondoirs en 2002, 2 600 pièges en 2012) et a permis de suivre sa progression.

 

En 2014, l’espèce a colonisé la quasi-totalité des départements des Alpes-Maritimes, du Var, des Bouches-du-Rhône, de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud. L’espèce est également implantée dans des communes des Alpes-de-Haute-Provence, du Vaucluse, de l’Hérault du Gard, de l’Aude, des Pyrénées-Orientales, de la Haute-Garonne, du Lot-et-Garonne, de l’Ardèche, de la Drôme, de l’Isère, de la Gironde, de la Saone-et-Loire, de la Savoie et du Rhône.

En 2015, Aedes albopictus s'est implanté dans l'Ain, le Bas-Rhin, le Dordogne, les Landes, le Lot, Les Pyrénées-Atlantique, le Tarn-et-Garonne, le Tarn, le Val-de-Marne ainsi qu'en Vendée (cf. carte ci-dessous).

 

Ainsi, à ce jour, l'espèce est implantée dans des communes de 30 départements de France métropolitaine.

 (Extrait de  http://www.signalement-moustique.fr/sinformer)

 

Lire la suite 0 commentaires

sam.

25

févr.

2017

La pollution de l'air

(Dossier préparé par Alain Roy)

Mise à jour le 9/9/17 à 10h20

_________________________

 

 

Jeudi 26 janvier 2017 :

le seuil d'alerte est dépassé pour la première fois...

 

 

Actu.cotétoulouse.fr
Actu.cotétoulouse.fr

Sommaire

A- L'air que nous respirons

Principaux polluants

Suivi en temps réel

Information et alerte

Prévision à long terme

B- Les risques

Valeurs recommandées

Risques encourus

Espérance de vie

C- Actions à entreprendre

1- Redonner la priorité à la qualité de l'air dans le PDU

2- Revoir le tracé de la 3ème ligne de métro

3- Protéger les populations fragiles

4- Diminuer la circulation de transit

D- Quelques règles d'hygiène

 

 

A - L'air que nous respirons

 

Ce début d'année 2017 est particulièrement agressif pour nos bronches, plus généralement pour notre santé. L'anticyclone qui souvent stationne sur la France et en particulier sur la région fait office de couvercle au-dessus de nos émissions polluantes.

 

Dans notre région, c'est l'ORAMIP -Observatoire Régional de l'Air en Midi-Pyrénées- (maintenant ATMO-Occitanie) qui est chargé de la surveillance de la qualité de l’air et de ses effets sur la santé et sur l’environnement.

L'ORAMIP

  • Surveille en continu la pollution
  • Informe au quotidien et en cas d'alerte
  • Analyse pour mieux anticiper".

Les principaux polluants de l'air dans la métropole

Lire la suite 0 commentaires

mar.

27

déc.

2016

3ème ligne de métro : elle peut aussi desservir le quartier

métro troisième ligne Chalets Raisin
Station Chalets-Raisin : de la place de la Concorde à Raynal, de la résidence la Comtale à Négreneys (cercle jaune=500m de rayon)

 

Voila un gros dossier qui suscite un débat très actif.

 

La mise à jour de cette page est fréquente (15 juin 2017).
L'essentiel des information se retrouve grâce au site de la CNDP.

 

Les thèmes abordés ci-dessous :

  • un méthode de travail confuse chez le maître d'ouvrage
  • la CNDP : un arbitre temporaire mais un pouvoir limité
  • un projet pour améliorer le projet officiel
  • le choix : au nord ou au centre
  • la CNDP organise un débat incontournable
  • une opportunité pour le quartier des Chalets

 

Il existe aussi un site pour l'optimisation de la troisième ligne de métro,

et une pétition en ligne.

 

Une méthode de travail confuse

Malgré des documents nombreux et de qualité, le citoyen peine à comprendre la démarche ayant conduit à cette proposition de troisième ligne par Tisséo.

 

Le tracé de la future troisième ligne, dévoilé en décembre 2015, a été fait par Tisseo avant même que le Plan de déplacement urbain soit réalisé. Ce PDU -en cours de définition sous le nom Projet Mobilités 2020-2030- devra définir les besoins auxquels auraient dû répondre cette 3ème ligne, et non l'inverse.

Alors que la loi prévoit un ordre logique ( PADD -> SCOT -> PDU [-> PLU] -> Troisième ligne) pour fixer les objectifs avant de définir des projets de cette ampleur, tout évolue en même temps dans la Métropole, souvent grâce aux mêmes intervenants, favorisant ainsi la confusion entre les objectifs et les justifications de choix énigmatiques.

Voir aussi le dossier des CODEV (Conseils de développement).

 

 

Lire la suite 6 commentaires

dim.

27

nov.

2016

Circulation de transit : trafic moyen par jour ouvré

Complément extrait de la Gazette n°88 (27 novembre) :

 

Pose de ralentisseurs supplémentaires sur les trajets de transit des voitures de l’avenue H. Serres  vers le pont Matabiau. Au vu des vitesses excessives relevées en fin d’été, on a proposé à la Mairie de compléter le dispositif par des coussins posés en début de rue pour éviter que les automobilistes pressés profitent de cette zone généralement libre pour accélérer et passer ainsi toute la rue à plus de 40 km/h, vitesse qui efface le cahot ressenti par la plupart des véhicules. La mairie a accepté à condition de mettre, pendant une période de test de 6 mois, des coussins rouges dits berlinois. Ces coussins présentent beaucoup de défauts (bruit, revêtement glissant, esthétique douteuse...) mais pourraient suffire pour évaluer les diminutions de vitesse possibles.
D’autres demandes de mise en sécurité (plateau ralentisseur devant l’école Billières ou devant le jardin du Verrier n’ont, pour l’instant, pas reçu d’avis favorable.
Les coussins seront placés en 2017.

Le plan ci-dessus présente les résultats des comptages de trafic et vitesse des véhicules effectués par les services techniques de la métropole du 8 au 14 avril 2016.

Nous vous invitons à réfléchir et à proposer des actions pour améliorer la vie des habitants.


Grâce aux chiffres posés sur la carte, on distingue nettement :
les voie de desserte locale (St-Hilaire, Escudié, Roziers et Balance) à trafic largement inférieur à 1000 par jour ouvrable et une vitesse <=30km/h.
les voies de transit en couleur sur le plan. Ces voies sont chargées entre 1500 et 4000 véhicules par jour ouvrables -3900 pour Falguière en arrivant place Roquelaine- et une vitesse d’environ 40 km/h -44 km/h au milieu de la rue Ingres.
On peut en déduire :

  • Que la zone 30 est satisfaisante quand il s’agit d’assurer la desserte du quartier.
  • Qu’elle est insuffisante dès qu’il s’agit de conducteurs en transit -probablement plus de la moitié sont en infraction.

Les dispositifs mis en place pour limiter la vitesse ne rendent pas le service attendu dans le cas du transit.

On souhaite une amélioration de la situation des rues subissant le transit avec :

  • le remplacement des coussins ralentisseurs actuels par des dispositifs réellement efficaces, y compris pour les camionnettes de livraison.
  • la mise en place de plateaux aux carrefours les plus chargés, c’est à dire aux endroits où les flux de transit se croisent (Falguière-St-Papoul et Mérimée-Ingres, voire Concorde-Pauilhac), ainsi que devant les écoles (Billères et jardin du Verrier).
  • un marquage au sol régulier pour rappeler la zone 30.
  • un suivi conjoint habitants des mesures mises en place pour vérifier leur efficacité, assorti si besoin de radars-PV pour arrêter les excès de vitesse.

G.B. & A.R.

 

Complément en date du 17 juillet 2016 :

 

L'INSEE a fourni fin juin des nombres sur les moyens de transport des Français et sur leur lieu de travail.

L'image ci-dessous en présente une synthèse pour Toulouse (la mise en graphique est personnelle).

Quelques remarques :

  • un peu plus de la moitié des personnes (55%) qui se déplacent pour aller/revenir du travail le font en véhicule particulier.
  • Les travailleurs restants le font en modes doux : 9% à pied, 9% en 2 roues, 27% en transport en commun.
  • Un tiers des véhicules particuliers sortent de (ou rentrent dans) Toulouse au cours d'un trajet-travail.

Pour obtenir le nombre de trajet-travail par jour ouvré il faut multiplier les chiffres par 2 (matin + soir)

Ça ne se voit pas dans le tableau simplifié ci-dessous mais les femmes font preuve de plus d'éco-responsabilité que les hommes en marchant et en utilisant les transports en commun plus régulièrement que les hommes.

 

Complément octobre 2016

 

La mairie a proposé de disposer des nouveaux coussins ralentisseurs dans les rues les plus dangereuses.

... à suivre

 

Moyens de transport utilisés et lieu de travail des Toulousains
Moyens de transport utilisés et lieu de travail des Toulousains
4 commentaires

N'oubliez pas les sites voisins :