mar.

27

déc.

2016

3ème ligne de métro : elle peut aussi desservir le quartier

métro troisième ligne Chalets Raisin
Station Chalets-Raisin : de la place de la Concorde à Raynal, de la résidence la Comtale à Négreneys (cercle jaune=500m de rayon)

 

Voila un gros dossier qui suscite un débat très actif.

 

La mise à jour de cette page est fréquente (29 décembre 2016).
L'essentiel de l'actualité se trouve sur le site de la CNDP.

 

Les thèmes abordés ci-dessous :

  • un méthode de travail confuse chez le maître d'ouvrage
  • la CNDP : un arbitre temporaire mais un pouvoir limité
  • un projet pour améliorer le projet officiel
  • le choix : au nord ou au centre
  • la CNDP organise un débat incontournable
  • en ce qui concerne le quartier des Chalets

 

Il existe aussi un site pour l'optimisation de la troisième ligne de métro,

et une pétition en ligne.

 

Une méthode de travail confuse

Malgré des documents nombreux et de qualité, le citoyen peine à comprendre la démarche ayant conduit à cette proposition de troisième ligne par Tisséo.

 

Le tracé de la future troisième ligne, dévoilé en décembre 2015, a été fait par Tisseo avant même que le Plan de déplacement urbain soit réalisé. Ce PDU -en cours de définition sous le nom Projet Mobilités 2020-2030- devra définir les besoins auxquels auraient dû répondre cette 3ème ligne, et non l'inverse.

Alors que la loi prévoit un ordre logique ( PADD -> SCOT -> PDU [-> PLU] -> Troisième ligne) pour fixer les objectifs avant de définir des projets de cette ampleur, tout évolue en même temps dans la Métropole, souvent grâce aux mêmes intervenants, favorisant ainsi la confusion entre les objectifs et les justifications de choix énigmatiques.

Voir aussi le dossier des CODEV (Conseils de développement).

 

 

Comment dégager une logique dans ces démarches superposées ? (extrait du dossier Tisseo)
Comment dégager une logique dans ces démarches superposées ? (extrait du dossier Tisseo)

La CNDP, un arbitre mais un pouvoir limité

 

La Commission Nationale des Débats publics (CNDP)

Saisie à la demande du SMTC, la CNDP, indépendante, organise une consultation objective pour que les administrés puissent donner leurs avis sur le projet annoncé par Tisseo.

Les autorités ne sont toutefois pas tenues de suivre les avis transmis par la Commission.

Rappelons que le président de Tisséo est J-M. Lattes, premier adjoint du maire J-L. Moudenc, lui-même président de la métropole.

Le débat organisé par la CNDP dure trois mois, tout le monde peut intervenir dans ce dossier conséquent mais bien organisé sur le site internet de la CNDP.

 

 

Expertise complémentaire

Dans sa séance du 26 octobre 2016, la Commission nationale du débat public (CNDP) avait décidé la réalisation d’une étude complémentaire sur les caractéristiques du modèle de trafic utilisé, sur les hypothèses retenues pour générer ces données de trafic, et sur la sensibilité des trafics à une variation de ces hypothèses. Cette expertise complémentaire, a été effectuée par un groupe d’experts indépendants.

- Consulter la synthèse de l'expertise complémentaire

 

Le compte rendu, le bilan et les suites du débat

La réunion de clôture du débat a eu lieu le 15 décembre au palais des congrès (photo ci-dessous).

http://www.dailymotion.com/video/x55s3v4_quelles-conclusions-quelles-suites-jacques-archimbaud_news

 

Restituer les points de vue exprimés au cours du débat

Dans les deux mois qui suivent la clôture du débat, donc avant le 17 février 2017, la commission établira un compte rendu qui consignera et rapportera fidèlement l'ensemble des expressions recueillies au cours du débat (au cours des rencontres publiques,  en débat mobile, sur le site Internet, lors des focus group, etc.)

dossier

 

Les suites du projet

Au plus tard trois mois après la publication du compte rendu et du bilan du débat public, prévue avant le 17 février 2017, le SMTC Tisséo fera connaître sa décision quant aux suites qu'il entend donner à son projet : sa poursuite, éventuellement avec des modifications, ou son abandon.
S'il décide de le poursuivre, il doit indiquer de quelle manière il entend assurer l'information et la participation du public tout au long de la réalisation du projet. Il doit également préciser les mesures qu'il prévoit pour répondre aux enseignements du débat.

 

Le bilan du débat public est sorti officiellement le 16 février 2017

Il est accompagné d'un compte rendu

et d'un communiqué de presse

 

Réunion de clôture au palais des congrès le 15 décembre 2016
Réunion de clôture au palais des congrès le 15 décembre 2016

Un projet pour améliorer le projet officiel

Dès le mois de septembre notre association a reçu la première contribution au débat intitulée Pour une troisième ligne de métro optimisée, signée d'un collectif citoyen. Le morceau de carte* ci-dessous concernait aussi le quartier des Chalets, ce qui nous a encouragé à comprendre l’intérêt de la troisième ligne.

*(publiée dans la Gazette des Chalets n°87 d'octobre 2016)

Deux tracés concurrents : en rose saumon le tracé Tisseo, en bleu le tracé alternatif qui desservirait les Chalets et beaucoup plus d'habitants que le précédent.
Deux tracés concurrents : en rose saumon le tracé Tisseo, en bleu le tracé alternatif qui desservirait les Chalets et beaucoup plus d'habitants que le précédent.

Des quartiers nord déjà servis

Parmi les objections avancées au projet de Tisseo, une des principales concerne la desserte des quartiers Nord "en devenir" (c'est à dire en voie de densification) déjà bénéficiaires de la ligne B et des voies du chemin de fer aboutissant à Matabiau (le trajet entre la gare de la Vache et celle de Matabiau dure 3 minutes...)

 

Un tracé alternatif fondé sur la recherche d'une fréquentation maximum

Proposée par un "Collectif citoyen" (dont plusieurs spécialistes reconnus des transports en commun), la principale variante au tracé du futur parcours concerne directement notre quartier des Chalets : après Colomiers,... , les Sept Deniers, au lieu de monter vers le nord et de passer par le bd de Suisse, Fondeyre, La Vache, Toulouse-Lautrec et Raynal (tracé saumon sur la carte), il s'inclinerait au contraire vers le sud aux Ponts-Jumeaux et desservirait les quartiers beaucoup plus peuplés des Ponts-Jumeaux, des Amidonniers, de l'Arsenal, Jeanne d'Arc, les Chalets-Matabiau (place Roquelaine ou Concorde-Raisin), puis pourrait rejoindre le trajet actuel Tisseo au niveau de la gare Raynal ou de Bonnefoy (tracé bleu).

 

 

 

 

Le choix pour un métro : au nord ou au centre ?

 

La population desservie dans chaque cas

(source SCOT rev 2016, INSEE densité de population 2013, carte ci-dessous)

  • Sur le trajet référent de Tisséo, la boucle au nord par le bd de Suisse, Fondeyre, La Vache, Toulouse-Lautrec desservirait aujourd'hui en 2016 20000 habitants environ, dont une bonne partie bénéficie déjà de la ligne B - station La Vache- et de la halte SNCF à 300m.
  • La variante sud du tracé (troisième ligne optimisée) passant par les Ponts-Jumeaux, les Amidonniers, l'université Toulouse1, Jeanne d'Arc, les Chalets desservirait environ 45000 habitants (plus 20000 étudiants et enseignants).
    Soit une différence de 25000 habitants.

La population attendue

  • Tisséo justifie la boucle au nord par un développement des quartiers traversés qui accueilleraient alors les nouveaux arrivants.
  • Il faudrait donc que les zones nord desservies par le projet Tisséo accueillent 25000 habitants, soit 12500 logements, pour atteindre la même densité et que TAE rende ainsi une même quantité de service aux Toulousains. Avec la cadence actuelle de construction il faudrait plus de 25 années. (3000 logements/an, et en réservant le sixième aux environs de Fondeyre).

Quel est le meilleur tracé ?

Dans cette optique, la troisième ligne optimisée répond seule à l’intérêt général alors que le passage au nord n’est justifié que par des densifications immobilières hypothétiques et lointaines.

 

 

 

Même appelé Toulouse Aérospace Express un métro doit d'abord servir les habitants

Un tel parcours sud permettrait un remplissage du métro une bonne partie de la journée (et en fin de semaine), en dehors des créneaux d'entrées-sorties des industries aérospatiales (ou autres). De plus, il mettrait l'aéroport à 22 minutes de Jeanne d'Arc contre 45 actuellement par la ligne B et le tram au Palais de Justice. D'autres améliorations sont également préconisées (desserte de Purpan -33000 emplois-, de Saint-Aubin...)

 

Ce tracé alternatif est solidement étayé ici par leurs auteurs.

D'autres améliorations sont souhaitables (desserte de Purpan, Colomiers ville, Labège...)

Consultez le dossier sur le site de la CNDP.

 

 

 

La CNDP organise un débat incontournable

 

L'association vous encourage fortement à prendre connaissance des dossiers, celui de Tisseo et ceux des demandeurs d'améliorations afin de servir au mieux les intérêts de la communauté.

Pour vous aider à y voir clair, le questionnaire proposé en page d'accueil reproduite ci-dessus permet de cerner les points importants : 5 questions si vous n'avez que 3 minutes, 12 questions si vous en avez 5. Allez-y, vous verrez qu'on y prend goût !

 

 

 

Après le lancement officiel du débat public le mardi 13 septembre, d'autres réunions, séances de travail et des ateliers cartographiques, etc. ont eu lieu.

 

Au fur et à mesure de l'avancement du débat, les connaissances des intervenants s'affirment.

En parcourant le site de la CNDP, chacun peut mesurer la complexité des choix à effectuer, dont le premier :

  • faut-il réellement une 3ème ligne de métro ?
  • ne vaudrait-il pas mieux compléter le réseau existant par des moyens de transport moins couteux ?

Malgré cette complexité, il y a beaucoup d'intervenants, la plupart des questions sont intéressantes (et parfois pointues).

 

Il y a aussi quelques projets concurrents (certains sont contre un métro)

  • Collectif citoyen évoqué plus haut (pour la troisième ligne optimisée),
  • projet de l'AUTATE -association d'usagers (pour : RER SNCF, tram circulaire ouest, prolongation métro A et B et des tram T1 T2, et BHNS, le tout en surface)
  • contribution d'EELV (pour un maillage en surface, BHNS et modes doux avant de réaliser la troisième ligne de métro)
  • ...

 

 Le 27 décembre on comptait sur le site

  • 256 avis,
  • 299 questions à Tisséo qui a répondu  (le plus souvent par des réponses extraites de son dossier initial)
  • 82 contributions.

 

Le 16 février 2017 la CNDP a donné le résultat de ses travaux sous forme de trois documents

  • le bilan du débat public

 

 

 

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS du débat public


Le débat a été un évènement démocratique local : il a suscité un grand intérêt auprès du public. Si au début des échanges, ce furent les acteurs du territoire qui se sont manifestés en majorité, les efforts déployés par la commission particulière pour recueillir la parole des citoyens ont été couronnés de succès. L’implication des médias a participé à l’engouement de la population, d’autant plus que les problèmes de transport avaient été l’un des principaux thèmes des dernières campagnes électorales.
L’utilité du débat ne s’est pas limitée à informer le public sur les caractéristiques du projet, le débat a favorisé l’émergence d’une intelligence collective : des alternatives et de nouvelles expertises ont été présentées éclairant aussi bien le maître d’ouvrage que l’ensemble des participants. Le débat a permis de repenser l’aménagement du territoire à travers le projet de 3ème ligne de métro.
Les opposants se sont fait entendre, mais la majorité des participants a exprimé son adhésion de principe au projet. « Une approbation critique » selon la formule du président de la CPDP, conditionnée notamment à la modification de certains points du tracé, à un meilleur cadencement de l’existant, à une desserte du sud-ouest de la ville et au traitement des urgences.
Au terme de ce débat, la CPDP a formulé plusieurs recommandations auxquelles je souhaite m’associer.
Si le maître d’ouvrage décide la poursuite du projet, la question de la gouvernance se situera au centre des discussions à venir. Le maître d’ouvrage devra dépasser les clivages politiques traditionnels pour porter un projet soutenu par l’ensemble des élus. Pour en faciliter la lecture, la gouvernance doit être plus lisible, en favorisant par exemple un portage du projet mieux partagé. Une telle évolution exige un dialogue étroit entre les différents acteurs de la mise en œuvre du projet, en particulier entre le maître d’ouvrage, le conseil régional, le conseil départemental et l’État.
Il s’agira aussi de bien articuler les concertations à venir. En effet, et nous l’observons à chaque débat public, les participants ont été nombreux à regretter le cloisonnement et la segmentation des dispositifs de concertation.
Les prochaines concertations, en particulier celle sur le « Projet Mobilités 2020-2025-2030 », devront assurer la cohérence entre les différents projets en intégrant les observations formulées par les citoyens sur la 3ème ligne de métro et plus largement sur le projet de territoire dans son ensemble.
En particulier, les recommandations des experts indépendants méritent d’être prises en compte :
- l’approfondissement de la place du ferroviaire (notamment dans le Nord de l’agglomération, en lien
avec l’arrivée de la LGV), en questionnant l’implication de la SNCF et de la région dans ce plan global des déplacements ;
- une plus grande limitation de la place de la voiture dans l’espace public, et un développement de l’usage du vélo, bien faible dans une agglomération à la topographie pourtant favorable ;
- la nécessité d’une politique ambitieuse de parcs d’échange « P+R » en périphérie dans une agglomération où le périphérique urbain est peu dense (lotissement) ;
- mais aussi, et peut-être surtout, l’importance de mettre en place des outils opérationnels pour réussir les opérations de renouvellement urbain, et promouvoir des projets urbains de qualité, avec une fonction de maîtrise d’ouvrage forte assurée par la métropole : mobilisation d’aménageurs publics, outils de maîtrise du foncier, fiscalité et outils financiers permettant d’éviter la montée continue des prix fonciers autour de la future ligne de métro et de préserver la mixité sociale.
Le débat a été suivi, les citoyens attendent que la dynamique de participation soit prolongée à chaque
étape du projet. Nombreux sont les outils à disposition du maître d’ouvrage pour poursuivre cet exercice de démocratie participative, citons parmi eux les panels de citoyens, les ateliers de cartographie ou encore les nombreux outils numériques. Pour appuyer ce dispositif, il nous paraît souhaitable que le maître d’ouvrage demande à la CNDP de désigner un garant post-débat public avec lequel il pourrait étroitement collaborer.

Études de fréquentation et études urbaines par station, effets de la troisième ligne sur l’ensemble des modes de transport (réseau existant, voiture, modes doux), financement et coût du projet, impacts environnementaux, territoriaux et socio-économiques : sur ces sujets en particulier la mise à disposition de toutes les données disponibles, au fur et à mesure, semble indispensable. La transparence sur les études est un élément essentiel pour favoriser un climat de confiance entre citoyens et décideurs. À ce titre, les deux alternatives présentées respectivement par le Collectif Citoyen et par l’Autate devraient également faire l’objet d’une expertise. Elle pourrait être réalisée par le maître d’ouvrage en lien avec les conseils de développement sous l’égide d’un conseil scientifique garant d’indépendance et de neutralité.


Ce bilan sera rendu public avant la fin du délai de deux mois suivant la clôture du débat. Le maître d’ouvrage disposera alors de trois mois pour arrêter, expliciter et rendre publique sa décision quant au principe et aux conditions de la poursuite du projet.

 

 

En ce qui concerne l'association du quartier Chalets-Roquelaine

 

 

Notre association a décidé de s'investir dans ce débat compte tenu des orientations qui la fondent, entre autres, l'obtention d'équipements collectifs et le développement de la vie sociale et culturelle du quartier (statuts).

 

 

Nous proposons au débat un point de vue qui s'appuie sur l'hypothèse d'une troisième ligne optimisée décrite ci-avant, c'est à dire passant par le centre ville, point de vue découlant de la situation géographique du quartier Chalets-Roquelaine (carte ci-dessous).

 

carte de desserte des Chalets par le métro
Quartier des Chalets : plus de 50 personnes sur 100 sont mal desservies par la ligne B (carte A. Roy)

 

Le quartier des Chalets est inégalement desservi

Les zones proches des stations sont figurées en vert. La partie la plus peuplée (en rose) le long du canal est située à plus de 600 mètres de la station la plus proche (Jeanne d'Arc, Compans ou Canal du midi), ce qui est considéré comme rédhibitoire pour un usage quotidien qui nécessite une station à moins de 500 mètres, ce dont est privée la moitié de la population.

 

Un territoire voisin encore en devenir : Raisin - Raynal

L'autre rive du Canal est encore moins bien lotie car les habitants du Raisin n'ont le choix que de rejoindre Marengo-SNCF ou Claude Nougaro, aux Minimes, encore plus éloignée.

 

L'encart en bas à gauche du plan ci-dessus représente une maquette du projet Toulouse Euro Sud-ouest sur laquelle on distingue (dans le cercle -cliquez pour agrandir) les deux grands immeubles du quartier situés le long du canal, et, de l'autre côté, les grands bâtiments du quartier du Raisin. C'est le long du canal qu'est concentrée la majeure partie de la population du Raisin et de Négreneys (un peu plus loin sur la maquette, les taches oranges figurent des immeubles d'habitation envisagés, les immeubles de bureau étant en bleu).

Voir également la photo google-earth en haut de page.

 

Cette pénurie commune

nous incite à réclamer une station de métro partagée entre ces deux quartiers très peuplés, actuellement défavorisés sur le plan du transport*. "Chalets-Raisin" serait alors, avec Jeanne d'Arc, la station desservant la plus forte population de toute la ligne 3 - plus de 7000 habitants riverains -(carte ci-dessous).

Cette station ne verra le jour que si les habitants la réclament, le projet actuel privilégiant les zones situées au nord en vue de favoriser des densifications immobilières hypothétiques et lointaines.

 

Le quartier des Chalets se trouve dans le même dénuement que ceux déjà évoqués (Ponts-Jumeaux, Amidonniers, Arsenal), dénuement que le tracé bleu représenté plus haut pourrait effacer.

 

* Le passage, bd de Strasbourg-Arcole, du bus linéo 1 constitue, pour tous les riverains et ceux des Chalets en particulier, une réelle amélioration mais ne saurait suffire aux besoins d'ici quelques années.

Les bus semblables, dit BHNS (bus à haut niveau de services), seraient en revanche indiqués pour renforcer, le moment venu, la ligne B pour les parties des quartiers au nord mal desservies actuellement, parfois effectivement un peu éloignées des stations existantes.

 

 

 

Fond de carte : densité de population (INSEE 2012)- Tracé nord Tisséo (couleur verte) / tracé centre (bleu). Une station Chalets-Raisin (rouge, à cheval sous le canal) termine le passage au centre
Fond de carte : densité de population (INSEE 2012)- Tracé nord Tisséo (couleur verte) / tracé centre (bleu). Une station Chalets-Raisin (rouge, à cheval sous le canal) termine le passage au centre

 

 

N'oubliez pas de donner vos avis, les enjeux, considérables, concernent aussi vos enfants et sans doute leurs enfants, petits enfants et arrière petits enfants...

 

 

Commentaires : 6
  • #6

    Alain Roy (vendredi, 11 novembre 2016 21:46)

    - La ligne Tisséo desservirait le futur quartier Raynal, plus au nord-ouest que le Raisin
    - La ligne bleue (variante sud) pourrait desservir Chalets-Raisin et au-delà (Raynal et/ou Bonnefoy)
    après Jeanne d'Arc, déjà desservie par la ligne B, et, sur la première carte, une station place Roquelaine (à mon avis trop proche de la suivante)
    - 500 m à pied c'est dans les limites acceptable (10 minutes en ville), à 700m l'expérience montre qu'on perd la moitié des voyageurs qui ont tendance à utiliser leur voiture, ce qui n'est pas le but
    - les quartiers nord sont déjà desservis par la ligne B qui va jusqu'à Borderouge et, éventuellement, par la halte ferroviaire à la Vache (3 minutes jusqu'à Matabiau mais très peu utilisée -pas assez cadencée)

  • #5

    bernique 31 (vendredi, 11 novembre 2016 16:48)

    remarques : - la ligne Tisséo (saumon) desservirait le quartier Raisin si je lis correctement le plan donc notre quartier nord en traversant le canal
    - la variante sud du tracé desservirait le quartier mais il serait logique de donner les dessertes dont il bénéficie déjà (ce qui est fait pour les quartiers nord)
    - 500m de marche à pied pour gagner une station de bus ou métro procurent un peu d'exercice physique ...
    -le métro servant aussi à permettre aux automobilistes de se garer loin du centre ville, la ligne Nord peut servir à ce désengorgement, non ? en prévoyant des parkings.
    - Je serai plutôt pour le tramway, très probablement moins onéreux à réaliser

  • #4

    Joe (lundi, 19 septembre 2016 17:07)

    Oui, la construction d'une nouvelle ligne entraine forcément de très très longs travaux ... dur sur le court terme.
    Après, reste à voir l'utilité de cette ligne au final quelque soit les variantes de trajet actuellement proposées.

  • #3

    Claire de la rue Roquelaine (jeudi, 08 septembre 2016 10:45)

    Oui, mon message était purement égoïste !

  • #2

    chalets31 (mercredi, 07 septembre 2016 17:23)

    ce tracé est tellement plus logique que celui proposé par la mairie. après si on avait pas fait de travaux on aurait jamais eu les deux premières lignes.

  • #1

    Claire de la rue Roquelaine (mardi, 06 septembre 2016 20:14)

    Pour ma part, je n'ai pas du tout envie de la ligne de métro passe par les Chalets ! Des travaux pour les 10 ans à venir, pitié...