Les arbres cache-béton de la tour : des bonsaïs en devenir ?

« Les forêts verticales s'enracinent en ville »
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/01/les-forets-verticales-s-enracinent-en-ville_5263987_3234.html

 

Une critique de Pierre Cambon :

 [Dans Le Monde] séduisant article qui évoque la végétalisation arbustive des immeubles, et dans lequel le projet de la Tour Occitanie à Toulouse est largement évoqué.

 

 

 

Le propos liminaire « Nombre de projets n’en sont encore qu’à la phase préparatoire » prévient le lecteur qu'il s'agit moins d'une enquête de retour sur des réalisations, que d'une série d'interview de concepteurs et de promoteurs qui finalement ont tous quelque chose à nous vendre !


La seule réalisation, le Bosco Verticale à Milan, en Italie, date de 2014, et son évaluation reste encore à venir.

 

Les propos se veulent donc prospectif et sont centrés sur un sujet connu et qui paradoxalement n'est ni cité ni évoqué, alors qu'il apporterait réponse à la plupart des interrogations : la culture des arbres en pots autrement dit des bonsaïs.


Ce mode de culture est maîtrisé depuis des siècles et ses lois (les lois de la nature) s'appliquent, qu'on le veuille ou non, à la végétalisation arbustive des immeubles ou des espaces minéralisés.

 

En résumé, un arbre peut vivre dans un pot à la condition d'être bien exposé, arrosé et nourri. 
En même temps que croissent les branches (que l'on peut tailler) croissent aussi les racines qui peu à peu emplissent le pot jusqu'à prendre toute la place du substrat nourrissant, empêchant même l'eau de pénétrer: il est alors temps de rempoter l'arbre en taillant une partie des racines afin de renouveler le substrat permettant de le nourrir et de l'arroser, faute de quoi il mourrait étouffé.
Chacun comprend que ce qui est possible pour un arbre de quelques dizaines de grammes ou de kilos devient moins aisé voire impossible lorsqu'on dépasse les cent kilos ou la tonne et qui plus est dans des étages!

 

L'alternative pour la végétalisation de nos villes est donc simple: soit on plante en pleine terre de manière durable, soit on plante en conteneurs et la durée de vie et la dimension des végétaux reste limitée.


Toulouse a expérimenté les limite du processus avec le magnolia du square du Capitole qui finit étouffé après moins de 20 ans de survie (*).

 

Il faut donc pondérer les discours sur les plantations d'arbres en pots sur des dalles de parking sur des terrasses ou dans des jardinières en façades d’immeubles: oui c'est possible mais passé une dizaine d'années il faut les remplacer !

 

Le débat sur l'arrachage et le remplacement tous les 10 ou 15 ans d'arbres plantés en conteneurs sur des dalles au ras du sol, peut avoir lieu car la chose est possible à défaut d'être souhaitable.

 

Mais pour les façades en hauteur la question est toute autre et les mots de Philippe Journo, le promoteur de la Tour Occitanie révèlent la roublardise et le cynisme du projet: « Nous nous engageons à entretenir ces plantations pendant au moins dix ans » 
Autrement dit pendant dix ans l'arrosage automatique fonctionnera … ensuite quand il faudra remplacer ou rempoter à grand frais les arbres dans les étages à l'aide d'improbables hélicoptères ou élévateurs, on refilera le bébé à la copropriété qui devant l'ampleur du désastre se tournera alors vers la collectivité qui héritera d'une carcasse hérissée d'arbres morts qu'il faudra évacuer pour des raisons de sécurité et qui ne seront jamais replantés.

 

On se demande alors pourquoi des aréopages de concepteurs, de journalistes et de promoteurs semblant ignorer les contraintes et les règles connues de la culture des arbres en conteneurs, nous abreuvent de lieux communs sur le réchauffement climatique: ignorance … ou manipulation ?

 

Quoi qu'il en soit la réflexion n'est pas du niveau de l'enjeu et l'avenir de nos villes mérite mieux que des considération sur la vie des « coccinelles déposées sur les façades pour lutter contre les parasites »

 

Pierre Cambon / mars 2018

 

 

(*) Lors de l'édification de la station de métro Capitole de la ligne A, en 1993, le Maire, Dominique Baudis, refusa l'abattage d'un magnolia qui se trouvait au centre de la volée de l'escalier de sortie dans le square de Gaulle.
Un très grand pot fut donc bâti autour des racines de l'arbre.
Lors de la réfection de la rue d'Alsace et du square en 2012, les escaliers du métro furent déplacés et les plans prévoyaient la conservation du magnolia: las en moins de 20 ans les racines de l'arbre avaient saturé le conteneur et l'arbre dut être abattu car il était mort étouffé.

 

 

 

 

 

 

Dessins

Affichette anti-tour réalisée à partir d'une vue d'artiste du promoteur (à droite)
Affichette anti-tour réalisée à partir d'une vue d'artiste du promoteur (à droite)

Écrire commentaire

Commentaires: 0