TESO, enquête publique complexe et concertation chaotique

 

Rappel de l'historique du projet et des positions défendues par l'association Chalets-Roquelaine.

 

Cette page évolue tous les jours au fur et à mesure de la lecture des 1700 pages du dossier d'enquête publique. Vous pouvez aussi l'enrichir de vos commentaires, merci.

En fin de page vous trouverez la façon de participer à l'enquête publique, ce que nous encourageons vivement.

Concertation chaotique

 

Après la réunion bronca du 13 mars 2018 à l'Espace Vanel, il avait été convenu avec le Maire que le plan guide 2016, défini grâce à la première concertation de 2013 à 2016, constitue la base des discussions en 2019.

Après une relance tardive de la « concertation », un premier atelier (le 5 mars) a permis de découvrir de nouveaux éléments, déjà évoqués en juin dernier mais n'ayant jamais fait l'objet de  discussion préalable : les hauteurs prévues pour les immeubles de Raynal (24m dans le plan-guide, 60 m maintenant) et Cheminots - Saint-Laurent - Périole (12m dans le plan-guide de 2016, 35 m maintenant), la tour Occitanie (50 m en 2016, 150 m maintenant) et l’emprise au sol n’est pas réglementée (100% de surface constructible).

Un collectif réunissant 11 associations, dont Chalets-Roquelaine, proteste donc, pacifiquement mais fermement, contre l'imposition de telles dispositions qui vont à l’encontre des accords précédents.
Il réclame simplement un retour au plan guide négocié de 2016.

 

Circulation et pollution

 

Sur les 40ha de la ZAC, le projet comportera d'importantes surfaces de bureaux et de logements.

 

Sur ce périmètre, et indirectement sur le périmètre du projet urbain, la circulation augmentera en proportion du nombre d'employés, de riverains et des nouveaux échanges commerciaux nécessaires à la vie de ces quartiers. Les ambitions de TESO indiquent : 300 000 m² de bureaux, 2 500 logements, 50 000 m² de commerces. Ce qui correspond à des prévisions de 20 000 employés de bureau (15 m²/employé), 5 500 habitants (2,2 hab. / logement) et 12 500 employés de commerce (4m² / employé), environ 45 000 personnes avec les visiteurs, dont on ne peut déduire qu'une faible partie habitant et travaillant sur place. Si on ajoute le projet de tour (13000 m² de bureau, 126 logements, 1 hôtel + 2 restaurants) on trouve au moins 2500 personnes.

 

A raison d'un aller-retour travail par jour pour la moitié d'entre eux (et c'est peu à Toulouse où on "rentre" souvent pour déjeuner), cela met plus de 50 000 personnes par jour sur les bords du Canal, voie d'accès principale, plus du double double d’aujourd’hui (40 000 v/j d'après l'avis de l'Autorité environnementale).

 La nouvelle rue Raynal ne déchargera pas beaucoup la circulation le long du canal, sa présence ne pourra, au contraire, que ramener au centre, à travers les échangeurs de Croix Daurade et des Izards, les véhicules du périphérique saturé et ceux des boulevards Silvio Trentin et Pierre Curie qui ne le sont pas moins.

La 3ème ligne de métro se disqualifie avant le départ en privilégiant un trajet desservant des quartiers à urbaniser ultérieurement ou déjà desservis (Jean Maga, stade Sept deniers, Fondeyre, La Vache, Toulouse-Lautrec...) et pas les quartiers les plus peuplés (Purpan, Sept Deniers centre, Ponts Jumeaux, Brouardel, Héraclès, J. d'Arc, Chalets). Ces boucles inutiles du trajet de référence décourageront beaucoup d'automobilistes d'abandonner leur volant.

 

Ce surplus de flux automobile entrainera le doublement des excès de dioxyde d'azote NO2 et de particules fines, toxiques pour le système respiratoire, déjà largement hors normes à l’heure actuelle.

Voir le Monde 12 mars 2019 : La pollution de l'air tue deux fois plus que ce qui était estimé

 

La saturation des boulevards et du Canal incite les automobilistes à emprunter les petites rues traversant le quartier des Chalets, développant une importante circulation de transit incompatible avec une vie de quartier. Dès aujourd'hui, l'absence de ventilation naturelle a pour conséquence une accumulation des polluants insupportable pour les habitants qui ne peuvent aérer sans risques leur logement qu'en ouvrant côté jardin, quand ils le peuvent.

 

 

Carte extraite du PLUiH 2017 -( 3C5 Risques et nuisances). Les zones mauves indiquent les excès de NO2, les traits roses définissent l'exposition aux bruits, il manque les particules fines.
Carte extraite du PLUiH 2017 -( 3C5 Risques et nuisances). Les zones mauves indiquent les excès de NO2, les traits roses définissent l'exposition aux bruits, il manque les particules fines.

Typologie des déplacements futurs

 

On peut imaginer répartir à égalité dans une première approche ces 50 000 trajets/jour supplémentaires sur les moyens mis à disposition des usagers :

  • métro ligne A, qui semble pouvoir absorber effectivement 10000 mouvements de plus à Marengo
  • métro TAE, à la condition que son trajet desserve les stations les plus peuplées actuellement non desservies (voir paragraphe ci-dessus)
  • Lignes SNCF, si l'étoile ferroviaire se développe et bus (?)
  • modes doux, à la condition que les pistes piétons/cycles soient effectivement utilisables, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui
  • véhicule particulier, en espérant que les normes antipollution satisfassent aux conditions sanitaires (disparition du NO2, diminution des particules fines) donc que le parc ait été renouvelé en véhicules électriques.

 

Déplacements à vélo et à pied

 

Ces déplacements constituent aujourd’hui la seule alternative réelle à l’excès de pollution. A défaut de l’imposer, il faut inclure leur facilitation dans tous les projets urbains. En particulier, il faut sérieusement travailler les points suivants, avant les développements immobiliers :

 

  • La peinture verte sur le boulevard Matabiau est censée protéger les cyclistes, mais ceux-ci, effrayés par une circulation auto débridée, préfèrent slalomer entre des voitures garées sur le trottoir côté immeubles. Pour encourager les futurs usagers de TESO, il faut aménager une vraie piste cyclistes/piétons comme celle réalisée sur l'autre rive.

 

  • Une passerelle Concorde-Raisin semblait acquise dans le projet TESO. Elle ne figure pas dans l'avis d'enquête publique, son absence ne peut qu'encourager les usagers à conserver leur voiture comme moyen de transport, incompatible avec la santé publique. Cette passerelle, étudiée par l'équipe de Joan Busquets, est pourtant le bon moyen pour drainer une bonne partie des usagers du futur TESO en direction du centre et des lycées et facultés.

 

  • Il est également nécessaire de réaménager la rue Matabiau et l'avenue de Lyon, dont les trottoirs étroits et pollués sont actuellement dissuasifs pour les déplacements piétons.

 

  • Enfin, la réorganisation du carrefour rues Merly/Concorde/boulevard d’Arcole est également une priorité dans la sécurisation des déplacements des piétons et cyclistes qui doivent pouvoir traverser les boulevards en sécurité pour atteindre leurs destinations.

 

 

 

Équipements collectifs

 

Génération après génération, les élèves du collège des Chalets passent beaucoup du temps alloué à l’éducation physique et sportive dans des autobus coincés dans les embouteillages. Le projet TESO comporte la création d'une crèche publique et d'un gymnase. Ces équipements sont réclamés par le quartier depuis plus de 20 ans. Il faut que leur dimensionnement tienne compte des besoins des deux quartiers Chalets-Roquelaine ET Raisin-Raynal.

 

Tour Occitanie

 Aucune raison sérieuse n'a encore été avancée pour justifier l'existence de la tour Occitanie, dont la première caractéristique est la hauteur de 150 mètres, plus de deux fois plus que les immeubles environnants. Le souhait de ses partisans est qu'elle soit vue de partout, de tous les Toulousains.

Mais alors, si elle doit être vue de tous les Toulousains, il faut que tous puissent se prononcer sur l'opportunité de la construire, et pas seulement un faible nombre de concitoyens obligés -et disponibles- de lire -et comprendre- les 1700 pages du dossier de l'enquête publique.

 

Le deuxième argument le plus utilisé est que cette tour constitue un Symbole, un signal fort...
de quoi, de qui ?

Le discours officiel nous rebat les oreilles en cherchant une légitimité du côté de

  • la LGV, dont les hoquets renvoient maintenant une possibilité de financement en 2027
  • du Canal et de ses platanes -souvent atteints mortellement du chancre coloré-, et même
  • des tours des Capitouls -qui culminent à 34 mètres pour l'hôtel de Bernuy et pas à 150-

En étant plus réaliste mais moins poète, on peut évoquer les principaux points négatifs suivants :

  • Symbole d'un autre âge, celui d'un capitalisme triomphant né au 19ème siècle, et perpétué au 20ème dans les monarchies pétrolières et les dictatures asiatiques.
  • 2019 verrait plutôt comme signaux les abandons d'une LGV trop coûteuse et d'un A380 non rentable.
  • Signal aussi de la ségrégation entre riches et pauvres due au refus délibéré d'accueillir des logements sociaux
  • Signal encore du refus de dialogue avec les habitants pour en justifier la nécessité qui n'apparait que comme la conséquence d'une proximité trop grande des politiques avec le monde de la promotion immobilière.
  • Signes aussi d'une consommation excessive d'énergie pour le chauffage, la climatisation, la construction de la tour faisant référence aux normes d'il y a 7 ans RT 2012, oubliant que les normes RT2020 qui doivent être en vigueur dès l'an prochain obligent à une autosuffisance énergétique,
  • de la création d'ilots de chaleur urbaine,
  • de l'imposition d'une ombre envahissant les quartiers environnants,
  • d'une menace permanente pour l'avifaune qui ne manquera pas de heurter les immenses surfaces vitrées, un peu camouflées par les plantes, promises par le promoteur,
  • végétation cache-misère de la tour ferraille-béton-verre anti écolo. «Le plus grand bouquet de fleurs que j'ai jamais fait» avoue Nicolas Gilsoul, architecte et paysagiste metteur en scène. Quand un bouquet est fané, on le jette. Avant 10 années, les containers à plantes seront saturés par les racines, comment et qui changera les plants et la terre là-haut ? Et, en attendant, quelle consommation d'eau potable pour l'arrosage des plantes,

Revenons à des valeurs exemplaires et pérennes, en phase avec les exigences d’aujourd’hui, ne rejetant pas grossièrement l’apport déterminant des transports collectifs avec la gare du 19ème siècle et le Canal du 17ème, deux monuments historiques dont on devrait être plus respectueux et préserver les richesses patrimoniales.

 

Pour un projet urbain cohérent

Le saucissonnage proposé pour le développement du projet TESO (chaque parcelle devant faire l'objet d'un appel d'offre spécifique) fait craindre une incohérence globale. Il faut revenir à un plan d'ensemble en osant une architecture à échelle humaine respectueuse de l'environnement et des habitants, leur permettant d'échanger et dialoguer autrement que par Internet et réseaux sociaux.

Les plus de 2 millions de signataires de l'Affaire du siècle devraient inspirer le Maire et sa maîtrise d’œuvre en faveur de la création d'un quartier autosuffisant en énergie.

 

L'enquête publique

Un seul avis sur le boulevard pour l'enquête publique : souci d'économie ou de discrétion ?
Un seul avis sur le boulevard pour l'enquête publique : souci d'économie ou de discrétion ?

 

Une affiche au métro Jeanne d'Arc annonce l'enquête publique préalable

 

- à la délivrance du permis de construire de la tour Occitanie
- à la déclaration d'utilité publique des travaux nécessaires à la réalisation des opérations structurantes de Toulouse EuroSudOuest
- à la détermination des parcelles à déclarer cessibles
- à la mise en compatibilité du plan local d'urbanisme de Toulouse Métropole, commune de Toulouse, et du plan local d'urbanisme intercommunal tenant lieu de programme local de l'habitat, en cours d'approbation
- au classement/déclassement des voiries.

 

Nous ne pouvons que vous encourager à donner vos avis lors de cette enquête.

 

Voir aussi Actu-Toulouse 12 mars 2019

 

 

Cette enquête qui couvre des objets multiples apparait comme un moyen de noyer plusieurs poissons du même coup :

- une tour de 150m,
- la restructuration du secteur av. Lyon,
- les expropriations,
- la modification du PLU (mise en compatibilité*),
- la voirie du secteur,
qui méritent mieux qu'une enquête de 45 jours pour engager définitivement des générations de Toulousains et de visiteurs.
Il faut un vrai débat démocratique permettant de déterminer un vrai plan d'urbanisme, et arrêter les modifications à la sauvette même si elles sont appuyées sur ... 1700 pages de dossier;

 

*La mise en compatibilité est là pour permettre des opérations immobilières qui ne peuvent qu'apparaître, ainsi que le déclarait l'ancien directeur d'Europolia, comme étant "de bonnes affaires".

La procédure de mise en compatibilité du PLU - qui permet d'aller plus vite qu'une révision en brûlant certaines étapes, (ainsi aucun rapport de concertation n'est requis) suppose que le projet soit d'intérêt général (ou reconnu d'utilité publique). Ce n'est pas le cas de tous les objets de cette enquête.

 

 

 

Comment répondre à l'enquête publique ? (EP)

Les enquêtes publiques précédentes ont montré que les partisans des gratte-ciel étaient bien organisés pour répondre en réclamant toujours plus de béton. La commissaire enquêtrice a elle-même fait preuve d'une partialité surprenante lors de l'EP de modification du PLU de juin 2017:« La CE considère qu’il n’est pas souhaitable de supprimer toute limitation de hauteur pour ce projet et préconise de déterminer une hauteur maximale permettant de réaliser un véritable élément signal en matière architecturale se distinguant nettement des immeubles voisins : une hauteur maximale de 150 m nous semble raisonnable en l’espèce ».

 

Il faut qu'un maximum d'habitants se mobilisent pour donner leur(s) point(s) de vue en se connectant du 14 mars au 30 avril inclus http://www.haute-garonne.gouv.fr/Publications/Declarations-d-intention-enquetes-publiques-et-avis-de-l-autorite-environnementale/Operations-d-amenagement-et-infrastructures-de-transport/Enquetes-publiques-en-cours-ou-programmees/Projet-Toulouse-EuroSudOuest-TESO

 

 

Attention : dans la rédaction des avis il vaut mieux exprimer un avis personnel, en particulier en relevant les gênes apportées de façon factuelle par le gratte-ciel (bâtiment énergivore, pollution automobile, ombrage, destruction patrimoniale…) sans faire trop de copier-coller, mal vus par les commissaires enquêteurs.

 

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Écrire commentaire

Commentaires: 0