Métro 3ème ligne : l'enquête publique démarre le 6 juin

dernière mise à jour : 17 mai 2019

Rappel des positions défendues par l'association Chalets-Roquelaine

 

Depuis la publication du tracé choisi par Tisséo pour cette troisième "ligne de l'économie" sortie des discours électoraux du candidat Moudenc en 2014, l'association suit le dossier de près.

 

  • Oubliant le projet électoral passant au centre, le trajet marque une boucle au faubourg nord au détriment des intérêts des habitants et des commerces plus nombreux sur une ligne centrale entre les gares Matabiau et Colomiers.
  • Il est indispensable que cette troisième ligne soit vraiment efficace pour lutter contre la pollution de l'air alors que le trajet proposé favorise surtout les rêves des promoteurs.
  • L'énormité des sommes à investir (2,7 milliards €) assècherait pour longtemps toute évolution nécessaire aux autres modes de déplacement.
  • L'enquête Ménages-déplacements de l'INSEE sur laquelle se fondent les études date de 2012, les données sont à vérifier avant toute réalisation.
  • Cette 3ème ligne pourrait également desservir le quartier des Chalets dont toute la partie nord en bordure de Canal -la plus peuplée et la plus polluée- est située à plus de 600m de la première station existante.

Voir aussi :

https://www.chalets-roquelaine.fr/2016/09/04/3%C3%A8me-ligne-de-m%C3%A9tro-elle-peut-aussi-des-servir-le-quartier/

https://www.chalets-roquelaine.fr/2017/04/01/pollution-de-l-air/

 

 

 

1 - La lutte contre la pollution de l'air doit être le premier objectif de ce nouveau moyen de transport en commun

 

Aucun citoyen responsable ne peut accepter une augmentation de la pollution de 17% au terme d'un projet engageant 2,7 milliards d'euros.

 

Sur les cartes, de gauche à droite

  • dès 2013, la pollution au dioxyde d'azote forme une triple ceinture sur les boulevards, le canal et la rocade.
  • en 2017, le PLUiH reconnait une zone de NO2 en excès où la construction est déconseillée pour les personnes sensibles et où la ventilation des locaux doit se faire par le côté opposé à la pollution.

L’article L1511-1 du code des transports prévoit que :

 

« Les choix relatifs aux infrastructures, aux équipements et aux matériels de transport dont la réalisation repose, en totalité ou en partie, sur un financement public sont fondés sur l'efficacité économique et sociale de l'opération. Ils tiennent compte des besoins des usagers, des impératifs de sécurité et de protection de l'environnement, des objectifs de la politique d'aménagement du territoire, des nécessités de la défense, de l'évolution prévisible des flux de transport nationaux et internationaux, du coût financier et, plus généralement, des coûts économiques réels et des coûts sociaux, notamment de ceux résultant des atteintes à l'environnement ».

Extrait PLUiH : Dépassement des valeurs limites NO2 pour la protection de la santé
Extrait PLUiH : Dépassement des valeurs limites NO2 pour la protection de la santé

Le trajet proposé par le collectif Toulouse-Métro-politaine entre Colomiers et Matabiau (en bleu ci-contre) suit les voies les plus polluées tout en étant plus court de 2 km que le trajet Tisseo.


 

 

2 - Ne pas doubler les équipements existants mais desservir les quartiers les plus peuplés

 

Dans le troisième alinéa, l’article L1511-3 du code des transports prévoit que la politique globale des transports doit favoriser :

 « L'amélioration prioritaire de l'efficacité de l'utilisation des réseaux et des équipements existants par des mesures d'exploitation et des tarifications appropriées ».

La boucle au nord double la ligne B et les voies SNCF. Le trajet centre permettrait un changement à Jeanne d'Arc et ainsi déchargerait le changement à J. Jaurès proche de la saturation.

Voir https://toulouse-metro-politaine.com/

Le trajet Tisseo traverse des quartiers 2 à 3 fois moins peuplés que le trajet au centre proposé par le collectif Toulouse-Métro-Politaine
Le trajet Tisseo traverse des quartiers 2 à 3 fois moins peuplés que le trajet au centre proposé par le collectif Toulouse-Métro-Politaine
Le trajet Tisseo traverse des quartiers qui offrent 5 fois moins d'emplois que le trajet au centre proposé par le collectif
Le trajet Tisseo traverse des quartiers qui offrent 5 fois moins d'emplois que le trajet au centre proposé par le collectif

La plupart des stations ont été implantées par Tisséo à des emplacements le plus éloigné des zones habitées, ce qui est peut-être favorable pour éviter la grogne des voisins lors des travaux mais est très préjudiciable à l'optimisation du trajet et à la fréquentation tout au au long de la journée.

 

 

3 - Laisser des capacités de financement pour les autres modes (train, métroB et bus, vélos, piétons)

 

2,7 milliards c'est trop : contre la pollution, il faut parer au plus pressé et au plus peuplé : 

Il semble raisonnable de réaliser la seule branche ouest Colomiers-Matabiau avec desserte du centre et changement à J. d'Arc. Cela permettrait d'économiser près de la moitié du montant prévu. On pourrait ainsi commencer le RER toulousain voulu par l'Autate (Association d'Usagers de Transport de Toulouse) et le Réseau Express Vélos avancé par 2 Pieds 2 Roues.

La ligne B doit pouvoir être prolongée jusqu'à Labège comme c'est prévu (avec, peut-être, une station supplémentaire à Montaudran).

RER avec les voies ferrées

Pour l'Autate, 3 lignes de RER pour compléter le réseau Tisséo existant
Pour l'Autate, 3 lignes de RER pour compléter le réseau Tisséo existant

Vélos et piétons

Pour 2 Pieds-2 Roues, 8 lignes d'un "Réseau Express Vélos" permettraient 350 000 déplacements par jour
Pour 2 Pieds-2 Roues, 8 lignes d'un "Réseau Express Vélos" permettraient 350 000 déplacements par jour

«... Huit lignes du Réseau Express Vélo, c'est 400 millions d'euros et 350 000 déplacements par jour. La 3e ligne de métro, c'est 3 milliards d'euros, pour 200 000 déplacements ! …»

(cité par La Dépêche 11/02/2019)


 

 

4 - Mettre à jour les données de base des calculs de flux*

 

La vieille enquête ménages-déplacements éditée par l'INSEE en 2013 constitue la base des calculs justifiant le choix du trajet. Déjà utilisés lors du projet TESO avec le Système de gestion global des déplacements (SGGD) ils ont permis d’escamoter sans plus d’explications quelques 40 000 trajets journaliers induits par les développements immobiliers attendus d’ici 2030 le long du Canal. Outre le constat de cette aberration, un projet d'une telle ampleur ne peut être développé pendant une dizaine d'année sans aucune vérification des hypothèses de départ. Ces calculs de flux devraient être régulièrement rafraîchis grâce aux outils modernes** qui utilisent le pistage (anonyme) des téléphones mobiles pour évaluer l'importance des différents modes de déplacement et des trajets utilisés, variables selon les  jours et les heures de la semaine.
Sans ces précautions, une mise en service en 2027 serait fondée sur des hypothèses vieilles de plus de 15 ans, à une époque où on se méfiait encore des vélos-toulouse et où on avait un peu trop oublié ce qu'était une trottinette.

 

 

* Tisséo a validé son tracé en s'appuyant sur un Conseil scientifique présidé par un administrateur d'une société travaillant régulièrement avec Tisséo Collectivités. La Chambre régionale des comptes (CRC) d’Occitanie a examiné fin 2018 la gestion de Tisséo Collectivités pour la période 2012-2016. Les magistrats ont souligné dans leur rapport intermédiaire non rendu public un « risque de conflit d’intérêt » avéré.

 

**Pour les acteurs de l’aménagement du territoire et du transport, Flux Vision est une source complémentaire d’information pour comprendre comment les individus voyagent, sur quelle tranche horaire, connaître la fréquentation d’une ligne, comparer la fréquentation par mode de transport entre 2 villes, identifier en temps réel les points de congestion (section, station,…), les retards. Orange Applications for Business, l’entreprise de services du numérique d’Orange Business Services (ESN) travaille actuellement avec plusieurs acteurs des transports pour comprendre le déplacement et les flux de passagers sur leurs réseaux. (document Orange)

 

 

 

5 - Cette troisième ligne pourrait également desservir le quartier des Chalets

en partageant une station Concorde-Raisin qui permettrait à plus de 30 000 personnes de bénéficier d'une station à moins de 500 mètres en 2030 après les développements TESO. Actuellement plus de 50% de la population du quartier des Chalets habite à plus de 500 mètres d'une des 3 stations de métro existante (Canal, Jeanne d'Arc ou Marengo).

 

 

Pour répondre à l'enquête publique

Se connecter du 6 juin au 18 juillet sur le site http://www.haute-garonne.gouv.fr/Publications/Declarations-d-intention-enquetes-publiques-et-avis-de-l-autorite-environnementale/Declarations-d-utilite-publique-d-operations-d-amenagement-et-infrastructures-de-transport/Enquetes-publiques-en-cours-ou-programmees/Projet-Toulouse-Aerospace-Express-Connexion-a-la-ligne-B-TAE-CLB

 

Dans le dossier vous pouvez parcourir en particulier l’avis très policé mais ferme de l’Autorité environnementale dont les préoccupations sont proches des nôtres.

 

Attention : dans la rédaction des avis il vaut mieux exprimer un avis personnel, en particulier en relevant les manques ou les gênes apportées de façon factuelle par la troisième ligne objet du dossier sans faire trop de copier-coller du texte ci-dessus, mal vus par les commissaires enquêteurs.

Écrire commentaire

Commentaires: 0