Non à l'implantation de 12 "dark kitchens" dans le quartier des Chalets à Toulouse

Le jeudi 24 juin, le conseil d’Administration a reçu des habitants du quartier, riverains de la rue Cabanel et de l’avenue Honoré Serres, venus lui faire part de leur opposition au projet d’implantation de 12 «dark kitchen». Ils lui ont communiqué le texte ci-dessous et l’adresse d’une pétition en ligne. Le CA arrêtera prochainement sa position. D’ores et déjà, il rappelle que l’objectif principal de l’Association, tel qu’il figure dans les statuts, est la sauvegarde de l'environnement et du cadre de vie des résidents du quartier.

 

Mercredi 23 juin, les Toulousains pouvaient apprendre que la plus grosse implantation de «dark kitchen» allait s’établir dans le quartier des Chalets par voie de presse (cf articles de la Dépêche)

https://www.ladepeche.fr/2021/06/22/toulouse-popafood-va-ouvrir-la-plus-grande-dark-kitchen-9622758.php  et https://www.ladepeche.fr/2021/06/23/louverture-de-la-plus-grande-dark-kitchen-de-toulouse-inquiete-le-voisinage-9625859.php

.

Douze cuisines, d’une surface totale de 400 mètres carrés, dédiées à de la vente de repas à emporter, livrées par des plateformes de type UberEats (Deliveroo...) vont être installées au 32 bis avenue Honoré Serres.

 

Bon nombre d’articles de presse décrivent les nuisances apportées par ce concept de « dark kitchen » qui s’est déjà développé dans de grandes villes comme Paris, Lyon et aussi à l’étranger.

 

Les riverains s’opposent à ce projet de « restaurants virtuels » qui n’est pas sans incidences sur la vie de quartier :

 

La sécurité publique : Un afflux conséquent des scooters accompagnés de leur stationnement anarchiques sur les trottoirs et pistes cyclables.

 

La salubrité : La livraison des fournitures alimentaires à l’arrière du local rue Alexandre Cabanel avec accès par la rue Godolin, et le stockage des poubelles vont impacter sans ménagement les riverains sans parler des odeurs de fritures générées par ces 12 cuisines. Qui ne manqueront pas de se diffuser dans tout le quartier.

 

La tranquillité : Les va-et-vient incessants de véhicules motorisés source de nuisances sonores majeures et de pollution.

 Les municipalités semblent dépassées par les plaintes et commencent à penser à une réglementation vis-à-vis des problèmes générés par les stationnements. Ces réglementations ne font malheureusement que déplacer les problèmes.

 

Face à un tel concept industriel pouvant rester ouvert 7j/7, nous pensons que sa place doit rester en zone industrielle.

 

Ce concept ne crée pas de liens avec les résidents, privilégie l’emploi précaire et constitue une concurrence dé loyale vis-à-vis des restaurateurs déjà en place dans l’avenue.

 

Ainsi une pétition contre cette implantation inadaptée au cœur du quartier a été lancée. Elle sera adressée au Maire de Toulouse.

 

Au bout d’une semaine, elle recevait déjà plus de 170 signatures.

 

Pour la signer :

 

Réponse du Maire à la pétition
Sans surprise, au nom d'un "principe supérieur de liberté commerciale", le Maire refuse d'intervenir.
Lettre_Moudenc.pdf
Document Adobe Acrobat 70.3 KB