Photo du mois

 

Parfois, une image en dit beaucoup plus qu'un long texte. Chaque mois,nous publions une photo prise dans le quartier, mettant en évidence ce qu'il y a de bien ou de moche, ou un instantané de la vie du quartier.

 

A vos appareils : envoyez nous vos photos en pièces jointes à l'aide du formulaire en bas de page, avec la date et le lieu de la prise de vue ainsi qu'une proposition de légende.

 

 

3 novembre 2020

 

On aurait pu penser qu'après l'annonce d'un nouveau confinement les rues redeviennent plus calmes.

Ce n'est pas encore le cas ce mardi vers 9 heures : rue du Printemps et rue Ingres sont pleines de voitures à l’arrêt.

Pendant ce temps, une petite équipe de l'association travaille sur un projet de remaniement de la circulation et du stationnement pour diminuer l'importance du trafic de transit et sa vitesse.

à suivre...

2 novembre 2020

 

Au secours, au secours ! On déménage la statue...

 

Mais non, en s'approchant on s'aperçoit vite que la grue, immense vue du bas, est là pour installer une nouvelle antenne (5G ?) sur le toit de l'immeuble 31 rue de la Concorde.

24 août 2020

 

Rue des Chalets : chantier ENEDIS abandonné par SPIE sud-ouest, sous traitant, pendant la 2ème quinzaine d'août.

Au détriment des habitants : les piétons, parfois munis de poussette ou handicapés, sont obligés de traverser la rue des Chalets pour trouver un trottoir non encombré de balustrades qui n'auront, pendant deux semaines, servi qu'à brimer des habitants à mobilité réduite.

Après l'abandon des riverains de la rue Mérimée dont les boitiers de raccordement, bien que sous tension, sont restés à découvert à hauteur des mains des enfants pendant près de deux ans (voir ci-dessous 6 mars 2020).

On peut s'interroger sur l'absence de vigilance de la Métropole pour contrôler les travaux sur la voirie...

et sur l'abandon du service public.

 

13 août 2020

 

La grenouille se fait pigeonner :

- Hé la-haut, le stationnement est interdit.

- Ben quoi !

Moi aussi je veux être sur la photo...

12 juin 2020

 

Le petit merle (3 semaines) tient tête à Véga (16 ans) qui a préféré s'éloigner. Il faut dire que les parents veillent et n'hésitent pas à intervenir en rejouant Les Oiseaux d'Hitchcock, ce qui fait fuir la chatte à l'intérieur de la maison jusque sous le canapé...

 

Merci aux acteurs, volant ou miaulant, et à Jeanie la jardinière photographe.

11 mai 2020

 

Petit concert à 20 heures à l'angle rue du Printemps, rue des Roziers comme tous les soirs de confinement. Merci aux musiciens, sans oublier la violoncelliste qui joue depuis son balcon...

9 mai

 

Rue du Capitaine Escudié, cette solanée (solanum jasminoides que l’on appelle aussi faux-jasmin) a bien poussé depuis le 12 octobre 2016, jour où elle avait été plantée sous les yeux du Maire.

C'était la première de l'opération Des fleurs sur nos murs, à l'initiative de notre quartier (notre association et son groupe, les Chalets en transition), qui s'est ensuite étendue sur toute la ville.

Hélas, jamais avec autant de réussite : les déjections des chiens sont mal supportées par la plupart des plantes.

 

 

 

7 mai

 

Campanule (platycodon) rue Christophe Colomb.

Celle-ci a eu l'élégance de se faire encadrer de sombre grâce au passage à travers le mur.

On les retrouve les platycodons en général à la même place tous les ans, dans plusieurs rues du quartier.

Merci de les protéger.

Dimanche 3 mai 2020

Un dimanche à la campagne ?

(rue Saint-Henri avec son trottoir fleuri).

En attendant la réouverture des coiffeurs le 11 mai ...  (24 avril 2020)

Ou le retour des petits boulots dans nos rues et places (Place Roquelaine 24 avril 2020)
Ou le retour des petits boulots dans nos rues et places (Place Roquelaine 24 avril 2020)

20 avril 2020

 

Le confinement imposé aux hommes permet peut-être aux végétaux de s’exposer plus largement dans les rues de notre quartier et il est intéressant d’essayer de reconnaitre certaines espèces que l’on ne croise pas toute l’année : ainsi ce sisymbre photographié au pied d’un mur de la rue Christophe Colomb.

 

Selon WIKIPEDIA, les sisymbres (genre Sisymbrium) appartiennent à la vaste famille des brassicacées. Leur nom vient du grec Sisymbrion, qui désignait une sorte de cresson. Et, il fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les jardins du domaine royal par le capitulaire De Villis. En pratique, l’huile de sisymbre serait utilisée dans certaines crèmes antirides pour adoucir la peau.

Mais, dernier conseil : ne jouez pas à Harry POTTER dans la Chambre des Secrets même si le sisymbre est une plante qui entre notamment dans la composition du Polynectar à condition d'être cueillie pendant la pleine lune !

 

 

 

19 avril 2020

 

 Toujours rue Claire Pauilhac, cette gueule de lion (ou muflier, ou gueule de loup) a changé de couleur depuis mai 2016 où elle était rose. Vous pouvez vérifier ci-dessous en remontant les dates.

 

Mais peut-être n'est-ce qu'une descendante de la précédente ? Modeste, elle persiste à concurrencer glycines et autres marronniers dont les grappes explosent en ce moment...

 

En tous cas, merci à elle de nous être fidèle, merci aussi aux cantonniers qui l'oublient dans leur désherbage.

6 avril 2020

Le margouillat (ou gecko). Celui-ci a été retrouvé dans un bac à douches. Très petit (10 cm), il a rejoint le jardin avec plaisir après un petit coup de main. (Voir Gazette 91)
Le margouillat (ou gecko). Celui-ci a été retrouvé dans un bac à douches. Très petit (10 cm), il a rejoint le jardin avec plaisir après un petit coup de main. (Voir Gazette 91)

 

 

 

 

 

 

25 mars rue du Printemps :

 

hommage aux soignants à 20 heures. Des personnes applaudissent de l'autre côté de la rue (1er étage). Photo et musique Catie et Michel Viale

6 mars2020

 

 

Dans le n°101 de la Gazette, nous dénoncions, une fois de plus (revoir le n°99), le grand danger que représentaient les installations électriques provisoires de la rue Mérimée. Ces installations provisoires durent depuis des mois; voire des années (photo de gauche).

Les petits enfants sont particulièrement concernés par les boitiers de raccordement ouverts, leur offrant, juste à portée de leurs mains, des dispositifs un peu mystérieux mais mortels en cas de contact.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manifestement le message a été transmis.

Pourtant l'intervention subséquente n'a pas donné des résultats à la hauteur de nos espérances. Le ruban adhésif rouge indique bien le danger encouru mais il est loin d'offrir une barrière suffisante pour des mains d'enfants, enfants qui distinguent bien les couleurs mais ne savent ni lire, ni même  sans doute, ce que mort veut dire.

 

Quand pourrons-nous compter sur des équipes réellement responsables d'un travail bien fait et se préoccupant aussi de la sécurité des habitants ?

 

Peut-être la Mairie pourrait-elle exiger des entreprises un minimum de sérieux, surtout quand il s'agit de la sécurité ?

 

 


12 février 2020

Entre le mimosa et les oranges, comment choisir ?

Merci aux habitants de ce coin enchanté.

(rue de la Concorde)

Juillet 2019

La plaque à la mémoire du Commissaire Philippe et de sa femme a été posée sur les murs de la maison en juin, sans tambour ni trompette.

Le texte en a été composé par des membres du CA de l'Association. La plaque a été posée grâce aux services de la Mairie. Elle figurait, à notre demande, dans les promesses de campagne du candidat Moudenc. Pas d'inauguration officielle prévue. L'association se propose d'en faire une en petit comité à la rentrée.

Nous regrettons que la maison de style art nouveau se dégrade tous les jours un peu plus, mais la Mairie semble refuser d'intervenir.

 

 

 

Fraisier des Indes, ou potentille
Fraisier des Indes, ou potentille

Juin 2019

 Si on prête attention on peut apprécier des fraises (même fausses) qui poussent sur un trottoir de la rue Claire Pauilhac, à gauche...

 

On apprécie beaucoup moins cette sorte de rongeur qui colonise ici les cours et terrasses du quartier (ici rue Ingres).

 Qu'en pensent les services municipaux concernés ?

 

 

 

Rat surmulot
Rat surmulot

Mai 2019

Mai 2019

Encore un palmier victime du paysandisia archon, ce gros papillon qui pond en haut des palmiers, les œufs se transformant en chenilles capables de bouloter la touffe terminale avant que les palmes ne se déploient.

Retrouvez dans le n°98 de la Gazette comment traiter avec des nématodes qui, à leur tour, devraient être capables de bouloter de l'intérieur les chenilles et les papillons eux-mêmes.

(photo JLD)

Décembre 2018

Une image dont on serait bien passé : incendie du côté de Jeanne d'Arc samedi 1er, mais la fumée était plus impressionnante que les flammes. Ouf !

Novembre 2018

Manifestation hors normes avec les défilés des chars de La Machine.

A gauche le minotaure aborde la place Jeanne d'Arc et semble étonné de rencontrer le petit bonhomme rouge à grosse tête qui a pris momentanément le place de Jeanne d'Arc partie en restauration.
Le dialogue entre les deux n'a pas eu lieu et, à droite, le taureau semble manifester un certain mépris pour le bâtiment du Crédit Agricole en chantier.

Bravo et merci aux opérateurs, très concentrés pour manœuvrer cette énorme machine en évitant tout incident.

 

 

 

Septembre 2018

Les dépôts sauvages sont une plaie pour le quartier. Celui-ci, à l'angle de Borios et de la Concorde était particulièrement important (canapé,meubles divers...). Il a été incendié, mettant ainsi en péril l'immeuble qui le dominait.

Ces incendies volontaires se multiplient en cette fin d'été (rues Escudié, Borios, Merly...), probablement l’œuvre d'ignorants de la loi qui prévoit une peine minimale de 10 ans de prison.

Photo prise le 2 septembre

 

Août 2018

C'est assez peu commun de trouver une charrue sur un trottoir du quartier. Celle-ci, déposée le 25 août à l'angle de la rue du Capitaine Escudié et de la rue du Printemps, avait disparu le 26.

 

Juin 2017 (avec retard en juillet) :

Un appel pour retrouver les chats qui décorent certains murs du quartier est lancé dans le n°90 de la Gazette.

La chasse est bonne, mais les matous ne sont souvent qu'éphémères, certains disparaissent presque  aussitôt que que couchés sur un mur, probablement délogés par le propriétaire ou un employé municipal zélé. Dommage, mais merci de votre participation.

 

Avril 17 encore : sans doute pris de vertige en contemplant le palmier déguisé, Bernard D. nous propose un drame latent :

On se demande dans quelle attitude et avec quelle intention le cycliste maintient ainsi sa monture dans cette vertigineuse position. Bravo pour le réflexe et le coup d’œil du photographe !

 

Avril 2017, la nature explose...

1er avril rue Godolin, un décor pour le carnaval : le palmier se déguise en glycine (ou l'inverse ?)
1er avril rue Godolin, un décor pour le carnaval : le palmier se déguise en glycine (ou l'inverse ?)

Décorations de Noël - décembre 2016

la mode est aux grosses boules dans les arbres de Noël, rue Alsace ou square Wilson, il y en a partout. Chez nous, rue des Chalets, point de déco municipale puisque la rue a perdu ses commerces. Pourtant un tilleul (? difficile à dire sans les feuilles) est orné d'une grosse boule qui surplombe deux grosses pommes de pin ou d'ananas en terre cuite de part et d'autre d'un portail.

De la taille d'un gros ballon (jusqu'à 80 cm), c'est un nid de frelons asiatiques, probablement vide car abandonné à l'approche de l'hiver. Ces nids sont habités une seule fois avant dispersion de la colonie à la fin de l'été. Il ne servirait à rien de le détruire maintenant, mais il faudra être vigilant en 2017 car les nouveaux nés de 2016 pourraient bien compléter la décoration pour Noël 2017. frelons-asiatiques.fr

 

Juillet 2016

La triste poésie des maisons abandonnées en attendant le règlement de leur succession...

Juillet 2016 :

Il y a une quinzaine d'année, un ingénieur agronome nous faisait visiter "les arbres des Chalets". Avec un commentaire pour le jardin du 36 rue des Chalets : "un olivier fraîchement planté, qui devrait prospérer comme ses frères dans le quartier, sans toutefois mûrir ses fruits" (Gazette n°21). Maintenant ses olives ne manquent jamais le rendez-vous annuel et ne tombent que lorsque leur couleur est bien mûre.

Les bougainvillées sont encore très peu nombreuses dans le quartier, mais elles devraient petit à petit se multiplier avec le réchauffement du climat.

Avez-vous remarqué celle-ci, visible depuis la rue si on est attentif ?

Mais quelle rue ?

 

 

 

 

Petite fleur de goudron, qui pousse toute seule sans rien demander à personne, mais qui aura une vie éphémère.

 

Mai 2016

Rue Claire Pauilhac

Avril 2016

 

Chacun se rappelle les images spectaculaires de l'archange du mont Saint-Michel emporté dans les airs par un puissant hélicoptère vers son lieu de restauration.

 

A Toulouse on envisage également de restaurer le clocher de Saint-Sernin à l'occasion du réaménagement de la place.

On en profiterait pour ajouter l'étage   envisagé au 19ème siècle par Violet-le-Duc, juste au-dessous de la flèche. D'où les essais commencés au début du mois pour déterminer s'il était possible de la soulever afin d'y glisser l'étage préfabriqué dans un autre lieu, ce qui serait beaucoup moins coûteux que de le bâtir sur place.

 

Sur un plan esthétique, les avis sont partagés au sein de l'Association. Vous pouvez donner votre avis, merci.

Une résidence de luxe, rue des Chalets, livrée en avril 2015, répondant théoriquement à un tas de normes de qualité, où les appartements se vendaient à plus de 5000 € le m2.

 

Le mur latéral en parpaings est resté brut, sans le moindre crépi, on voit même les trous. Le promoteur ne devait plus avoir de sous...

 

Avril 2016

Nous avons reçu la réaction suivante au commentaire qui accompagnait la photo ci-dessus :

 

Bonjour,


juste un petit mot en réaction à la deuxième photo du mois. Malheureusement les propriétaires voisins de la résidence n'autorisent pas l'accès à leur propriété au promoteur afin qu'il puisse terminer son ouvrage. Cette situation est dommageable pour tout le monde et particulièrement pour les habitants de la résidence qui souhaitent voir le bâtiment achevé. Voilà la réalité, rien à voir avec les finances du promoteur ou autres histoires farfelues...


Cordialement,

La première des caméras de vidéo-surveillance a été installée le 4 mars 2016 à l'angle de la rue de la Concorde.

Deux autres devraient suivre (fontaine et carrefour Concorde-Pauilhac).

On espère qu'elles seront plus efficaces qu'à Arnaud-Bernard, place toujours hantée d'un ou deux véhicules de police, preuve que ces caméras ne rendent pas le service attendu.

 

En complément, voici le lien vers un article de la Dépêche en janvier 2017.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/01/11/2494267-a-arnaud-bernard-rien-n-a-change.html

Le printemps, très en avance ?

 

Des violettes ont fleuri en Décembre et en Janvier, alors que d'habitude, elles ne fleurissent qu'au printemps.

 

Elles sont très odorantes et sentent très bon.

 

Dans un jardin de la rue du Capitaine Escudié,

Janvier 2016

La maison de quartier le jour du Musée d'un jour

   La pimpante Morgan lui donne un cachet certain !

Merci aux propriétaires chanceux de cette voiture de l'avoir déposée ici pour la journée du 13 décembre.

Morgan super sport 1933 (?).

3 roues, arrière "beetleback" (cul de coccinelle).

Moteur bicylindre Matchless de 990cm3, 39 ch développés, boite 3 vitesses plus marche arrière.

460 kg.

L'avez-vous vue ?

 

 

 Novembre 2015

 

 

Serait-ce l'effet du réchauffement climatique ?

 

Dans 2 jardins différents de la rue des Chalets, visibles de la rue, des olives sont parvenues à maturité et sont en train de virer au noir. Est ce la première fois ? Je n'ai pas souvenir d'en avoir déjà vues à ce stade de maturité dans la rue.

 

A quand un moulin à olives dans le quartier pour traiter les olives qu'il faudrait ramasser ?

 

 

 

 

 

 Juillet 2015

 

 

Reprise d'un chantier abandonné depuis de nombreuses années au 21 rue du Printemps : surélévation de 2 étages. Une architecture moderne. Allez voir sur place et donnez nous votre avis.

 

 

Merci à Véronique Dainese qui nous envoie ces deux images prises à l'occasion de la promenade poétique dans le quartier organisée par Eau-Vive le 30 mai 2015.

Quelle est cette fleur extraordinaire vue, le 18 mai, débordant d'une terrasse de la rue du Capitaine Escudié ? Une indication : ce n'est pas une bougainvillée malgré son développement important et ses couleurs éclatantes.

Bravo au jardinier !

18 mai : nous ne sommes pas en Bretagne malgré la présence des algues vertes !

Il s'agit d'eau de la nappe phréatique pompée dans un parking de la rue des Rosiers et rejetée dans le caniveau. Les algues vertes se développent en présence de nitrates et/ou de phosphates. Les phosphates sont généralement d'origine agricole (engrais), les nitrates proviendraient plutôt de dysfonctionnements du réseau d'assainissement. Il se pourrait également que la responsabilité de ce développement d'algues soit une pollution locale, le caniveau n'étant que très rarement nettoyé... La décomposition de ces algues dégage de l'hydrogène sulfuré, toxique et nauséabond sur les plages bretonnes les plus touchées.

Cette pratique de rejet d'eau, douteuse sur un plan écologique, est maintenant interdite, les cuvelages des parkings souterrains devant être réalisés étanches.

 

15 mai 2015

 

Les "aléa de chantier" -terme utilisé par des maîtres d'oeuvre- sont très à la mode en ce moment (voir la page effondrement).

Sans commune mesure, cette cheminée qui surplombe la rue Saint-Honest a tendance à vouloir se coucher sur le toit d'une maison récemment rénovée.

Des barrières interdisent la circulation sur le trottoir.

10 juin : la cheminée a disparu dans une benne sur le trottoir. Le toit est parfaitement rebouché !

 

 

Mai 2015

 

Les palmiers du quartier ont des visites ...

 

Ces palmiers sont très communs dans le quartier, ils se reproduisent naturellement assez rapidement.

Nous n'avons pas constaté de parasitage dû au papillon du palmier ou au charançon rouge, fréquents sur les bords de la Méditerranée et responsables de la mort de milliers d'arbres. Dans le cas où vous constatez un dépérissement du bourgeon terminal signalez-le sans tarder ici, nous contacterons les spécialistes municipaux pour organiser la lutte. Merci.

Pour plus d'informations voir le site de l'INRA

 

 

Mai 2015

La restauration de l'extérieur du château du Verrier est bientôt terminée.

Un grand coup de chapeau à toute l'équipe pour la qualité de son travail !

 

 

Merveilleuses glycines de la rue des Chalets qui, en avril, embaument tout le quartier.

Ici l'institut Cervantès dont le marronnier, tuteur, complète de ses hampes blanches la palette.

(ci-dessous).

 

 

 

 

Question : combien de glycines sont visibles de la rue des Chalets ?

 

 

 

 

 

 

L'escalier Poésie du Hall d'entrée de L'Ecole du Nord.

 

Avez-vous pris le temps de le lire en allant voter ?

 

(Ecole du Nord, Mars 2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour une fois, les Chalets méritent leurs noms...

 

(dans le quartier, février 2015)

 

 

 

 

 

En ces temps difficiles, un olivier, symbole de paix, pousse lentement mais surement sur une terrasse.

 

(rue Borios, janvier 2015)

Cela fait des mois que cette armoire d'Orange (ex France Telecom) attend une porte. Si vos communications prennent l'eau, vous savez pourquoi...

 

(Angle rue des Roziers et rue du Printemps, décembre 2014)


Mars 2015, les nouvelles portes sont en place. Est ce l'effet de la publication sur le site ?

 

 

 

 

Joli mur d'automne.

 

(rue Dulaurier, novembre 2014)

Image classique aux Chalets. Les potelets de protection du trottoir ont été enlevés pour un chantier qui a duré plus de 3 ans (!) et n'ont jamais été remis.

 

Bien sûr, les poussettes et les handicapés ne passent pas, les piétons, si, en rentrant le ventre.

 

(Angle rue des Roziers et rue Claire Pauilhac, octobre 2014)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de verdure dans la rue, la petite glycine poussera haut, si nous lui prêtons vie...

(rue Dulaurier, septembre 2014)

 

 

Toutes les semaines, une entreprise du quartier recevant du public, vide sa piscine dans le caniveau, au lieu de son installation d'eaux usées. L'eau, chaude, va directement dans la Garonne. Ce sont les poissons qui doivent être contents...

(rue des Chalets, septembre 2014)

Mars 2014
Rénovation extérieure aux Verrières (juin 2014)

Photo cachée

L'intérieur de château est extrêmement dégradé. Le plafond de la "salle des illustres" peint par Bénezet, était encore en bon état en 2005.

Pas de rénovation intérieure pour cette année 2014
Pas de rénovation intérieure pour cette année 2014
Quelle année ? Répondre avec le formulaire ci-dessous.
Quelle année ? Répondre avec le formulaire ci-dessous.
Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Message du 27/04/15
Bonjour J'aime beaucoup la présentation de cet article et tout son contenu Grand merci pour tout ce que vous faites toutes et tous Amicalement Eva Birman