Le château du Verrier, ou les Verrières, ou Castel-Gesta

 

Difficile de ne pas commencer par LE monument historique du quartier, donc par les Verrières du château construit par Louis-Victor Gesta*, maître verrier de 1848 à 1894.

 

 

Mais d'abord une définition :

Le vitrail est un ensemble de pièces de verre découpées en formes diverses selon un dessin préétabli, translucides ou transparentes, colorées ou non, et maintenues entre elles par un réseau métallique (le plus souvent du plomb). Les pièces de verre peuvent recevoir un décor de grisaille, jaune d'argent, émaux, gravure, peinture à froid. Le mot vitrail recouvre donc une technique et non un objet.

La verrière est la fermeture en verre d'une baie ou d'une partie de baie... Elle peut être réalisée suivant diverses techniques...

(Direction de l'Architecture et du Patrimoine : Manuel de conservation des vitraux)

Nous devrions donc ici parler de verrières, comme le château, et pas de vitraux. Mais on ne se refait pas facilement.

 

L'aspect du château a été voulu magique pour abriter (et vendre) des vitraux qui ne le sont pas moins.

La salle des Illustres est au sud (gauche du bâtiment) au premier étage,

la salle d'exposition au nord (droite du bâtiment), toujours au premier.

 

* Le Cri de Toulouse du 12 octobre 1912 raconte une dispute qui a eu lieu en 1869 entre Victor Gesta, bonapartiste pas commode, et Armand Duportal, journaliste républicain, et comment le duel exigé par Gesta fut évité (page 2).

 

vitraux, chateau des Verrières, quartier Chalets Toulouse
Après rénovation extérieure. A gauche la galerie des Illustres. Photo prise en mars 2016.

 

 

Dans la salle des Illustres (cliquez pour agrandir):

de gauche à droite et de haut en bas (d'après Lise Enjalbert, extrait des Mémoires de l'académie des sciences, Inscriptions et belles lettres, vol. 151- 1989) :

  • Benoit Xll pape né à Toulouse mort en 1404.
    (Les parties inférieures ont été retirées pour laisser entrer la lumière nécessaire à des travaux de couture. Ces demi-vitraux ont été perdus pour la plupart, certains ayant même probablement servi de remblai à une dalle en béton coulée dans le voisinage).
  • Jean des Pins, évêque de Rieux (1470-1537)
  • Auger Férier, médecin royal (1513-1588)
  • Antoine de Paulo, grand maître de Malte (mort en 1536)
  • Catel, historien (1560-1626)
  • Lafaille, capitoul (1616-1711)
  • de Campistron, poète et écrivain (1656-1783)
  • un peintre inconnu
  • Abbé Sicard, se voua à l'enseignement des sourds et muets (1742 - 1822)*
  • Baron Antoine-Jean Gros, peintre d'empire(1771-1835)

En médaillon Antonin Mercié, sculpteur 1845-1916) et Benjamin Constant, peintre (1838-1921)

 

Dans la salle d'exposition des vitraux à sujets religieux :

  • Qui est le personnage barbu et couronné avec pendeloques qui va sauver le monde, en médaillon au dessous du Christ ?
  • Scènes de la vie de la Vierge dans les trois grands vitraux à voute gothique
  • Escalier avec jolie rampe en fer forgé. Le vitrail à droite donne sur la cour vitrée.

 

Les vitraux ont probablement été réalisés entre 1860 et 1890.

Photos prises en 2006 avant la rénovation (et pendant un des squats).

Nous n'avons pas pu visiter l'intérieur du château depuis sa rénovation extérieure, incluant celle des vitraux, sans réfection des manques.

 

* merci à l'Atelier du Vitrail (Limoges), chargé de la restauration des vitraux, qui a retrouvé cette information dans un cartouche parmi les débris du vitrail. L'ADV est l'atelier dont le précurseur fut Francis Chigot (1879 - 1960), célèbre maître-verrier auteur de la très grande véranda décrite en fin de page loggias.