Vitraux sur séjour

 

 

Deux fenêtres entouraient une baie décorée d'iris aujourd'hui disparus.

Elles laissent deviner le paysage au second plan, et, à gauche, une magnifique porte cochère représentée plus loin.

Boulevard d'Arcole, vers 1870

vitraux, quartier Chalets Toulouse
Ces deux fenêtres sont remontées côte à côte à l'ordinateur

 

 

____________________________________________________________________

 

 

Rue des Chalets

Dans la même pièce, une fenêtre et une porte-fenêtre donnant sur le jardin.

Même décor sobre, lumière très douce (orientation nord et ouest).

vitraux, quartier Chalets Toulouse
rue des Chalets, vers 1880

 

 

____________________________________________________________________

 

 

Rue Volta

 

Copie 1960 d'un vantail de la fenêtre à droite. Les couleurs n'ont pu être reproduites à l'identique mais l'harmonie est préservée.

vers 1910.


 

 

______________________________________________________________________

 

Rue Roquelaine, 1907.

 

Contrairement à celui des feuilles entourant le décor, le dessin des fleurs d'iris est très réaliste.

Elles ne sont liées que par un fil.

 

Porte donnant sur le jardin

vitraux, quartier Chalets Toulouse
Très joli décor d'iris

 

____________________________________________________________________

 

 

 

à gauche du conduit de cheminée
à gauche du conduit de cheminée

Deux vitraux symétriques encadrent ici le conduit de la cheminée du salon. Vue de l'intérieur le jour.

 

Au-dessous, même maison, même pièce : vue de l'extérieur en début de soirée, puis de l'intérieur vers midi.

 

(Rue du Capitaine Escudié, vers 1910. Architecte Masquet et fils)

 

à droite
à droite

Depuis la rue, en début de soirée
Depuis la rue, en début de soirée
vitraux, quartier Chalets Toulouse
Vue intérieure, en fin de matinée

 

______________________________________________________________

 

              

 

Rue des Chalets, vers 1910

Photo intérieure

vitraux, quartier Chalets Toulouse
Rue des Chalets vers 1908 - Photo intérieure - Architecte Joseph Galinier (?)

 

 

________________________________________________________________________

 

 

vitraux, quartier Chalets Toulouse

Rue de la Balance, deux maison jumelles ont été construites par le même architecte E. Frézouls en 1908, pour lui-même et pour sa sœur.

Vitraux, peintures murales, mosaïques au sol.


_____________________________________________________________________

 

 

 

Rue du Commissaire Philippe, vers 1900.

Remarquer la persistance du cadre rouge grenat, mode ou marque de fabrique ?

 

Même maison, à l'étage au-dessus.

Super la photo, on croirait connaitre ces dames tellement leur expression nous est proche.
On voit que le vitrail est presque neuf (les soudures brillent beaucoup). La rue Leyde (maintenant Commissaire Philippe) s'est bâtie surtout entre 1896 et 1906, voire 1911 (57 habitants en 1896, 178 en 1906, 199 en 1911). La photo pourrait avoir été prise en 1912, cette date figurant sur une des boites de plaques photosensibles retrouvées dans le grenier.

 

_____________________________________________________________________

 

 

 

Rue de la Balance, 1908, maison de Berthe Gesta (ou maison voisine), fille de Louis Victor Gesta.

Verre lisse au centre de la fenêtre, verre mécanique pour les motifs floraux.

 Les fils Gesta étaient également verriers, l’aîné, Henri-Louis-Victor, dans les ateliers occupés par le père avant son décès, les autres 17 rue de la Balance (voir l'extrait de l'Express du Midi en début de page Les-vitraux). Ils se sont fait une concurrence féroce visible dans les communiqués publicitaires paraissant dans les journaux et annuaires de l'époque (à gauche extrait de l'Express du Midi en 1895). Ils semblent réconciliés après la faillite de l'ainé vers 1901.

Le vitrail a sans doute été réalisé par un des frères de Berthe.

____________________________________________________________________________

 

Rue Franc, photos Patrizia Ciambelli

 

__________________________________________________________________

 

 

 

Très beau dessin ici (rue Godolin) pour cette maison remarquable et protégée dans le PLU.

Pour faire ressortir les détails on a dû pousser la saturation ce qui explique les différences de couleur sur la grille en bas de l'image.

1923 - Cournac architecte et propriétaire.
1923 - Cournac architecte et propriétaire.

 

 

___________________________________________________________________

 

Rue Saint-Hilaire, vers 1925

L'utilisation alternée de morceaux de verre lisses / grumeleux renforce les contrastes dans la luminosité, effet également recherché avec l'inclusion de cabochons. Avec ce décor, contemporain du précédent, on arrive ici au style Arts décoratifs.


 

______________________________________________________________________

 

 

A la facture classique des vitraux s'est opposé le procédé des vitraux peints. Pour cette très grande verrière, le verrier a décalqué sur chaque carré de verre le dessin aquarellé du maitre verrier avant de déposer la peinture cuite ensuite au four.

 

 

Rue des Chalets, 1895.

Verrière signée A. Doumerc 1895.

Visibles depuis la rue.

grand verrière peinte, quartier Chalets Toulouse
Ce grand décor (3m x 2 environ) occupe une bonne partie d'un des murs du séjour. On distingue les immeubles de l'autre côté de la rue.

 

__________________________________________________________________

 

 

Une "grisaille" bien encadrée. décor d'architecture à l'antique habité par une colombe et son nid et agrémenté de plantes fleuries.

Rue Claire Pauilhac, vers 1870.

vitraux, quartier Chalets Toulouse
Pas de siganture visible, dommage. La peinture des plantes au premier plan se décole de la grisaille.

 

Sur le côté gauche de la verrière précédente, d'autres fenêtres s'ouvrent sur des volets malheureusement coincés en position basse . Même atelier inconnu.

 

_____________________________________________________________________

 

 

 

Rue du Commissaire Philippe.

Double porte entre séjour et véranda.

Verrière rue du Commissaire Philippe, quartier Chalets Toulouse
Dessin précis et motif précieux vont de paire. Du vase aux anses dorées semble sortir un visage composé de l'ouverture du vase lui-même pour la bouche, de la tige au-dessus pour le nez et des feuilles pour des yeux énigmatiques......

 

___________________________________________________________

 

 

 

Cette façade (rue Commissaire Philippe, vers 1880) est entièrement équipée de vitraux de modèles proches.

Sur la photo on distingue des stries sur les parties centrales du vitrail, elles sont dues au plafond ouvragé de la pièce derrière la fenêtre (voir la page peintures murales & mosaïques).

Au-dessous, même immeuble mais fenêtre au premier étage en fin d'après-midi.

au premier étage de la maison ci-dessus
au premier étage de la maison ci-dessus

_________________________________________________________________

 

 

 

 

Le décor ci-dessous présente, comme beaucoup d'autres de la même époque, un motif floral aux deux extrémités, plus important en bas, et une partie centrale qui s'élargit à hauteur des yeux.

Vitrail rue d'Orléans, quartier Chalets Toulouse
Salle à manger, rue d'Orléans 1925

___________________________________________________________________

 

Ancien élève du père Gesta, Louis Saint-Blancat a eu beaucoup d'adresses a Toulouse :

7 puis 9 rue Saint-Etienne, puis 67 rue Riquet, puis 8 rue Bachelier (1886), puis boulevard 11 Matabiau (1905), puis 36 rue Volta (1911).

Il a été actif de 1880 à 1911 ; verrières datées jusqu'en 1932(avec H. Moulenc).

Henri Moulenc, associé, lui succède en 1932.

Cette verrière n'est pas datée, elle est postérieure à 1932. Le style est assez proche d'une loggia bd Matabiau.

 

Verrière rue Claire Pauilhac, quartier Chalets Toulouse
Côte à côte, deux larges portes fenêtres plein cintre, signées Moulenc, rue Claire Pauilhac.

___________________________________________________________________

 

 

Verrière bd Matabiau, quartier Chalets Toulouse
Au rez-de-chaussée, le décor du jardin s'intègre dans celui du vitrail (bd Matabiau 1890)
Au premier étage le haut de la haie apparait dans le même dessin (dû, probablement, à l'atelier Gesta)
Au premier étage le haut de la haie apparait dans le même dessin (dû, probablement, à l'atelier Gesta)

___________________________________________________________________

 

 

 Rue de la Concorde (vers 1905).

Deux portes-fenêtres perpendiculaires (nord-ouest / nord-est) dans la même pièce, vers 10h30.

Certains motifs rappellent beaucoup les précédents, géographiquement très proches.

Verrière bd Matabiau, quartier Chalets Toulouse
Verrière bd Matabiau, quartier Chalets Toulouse
Verrière bd Matabiau, quartier Chalets Toulouse
Au second étage, une de deux portes-fenêtres vue du trottoir d'en face
La même, vue de l'intérieure
La même, vue de l'intérieure

___________________________________________________________________

 

 

 

Grande baie dans une maison bd Matabiau (vers 1900).

Doubles-vitres côté boulevard.

Verrière bd Matabiau, quartier Chalets Toulouse
Bd Matabiau (22)

Détail à droite :

petit mélange exubérant de chardons et clématites. Les formes des végétaux sont plus naturelles que celles, plus stylisées, des verrières vues précédemment.

Ce décor pourrait annoncer le retour de Saint-Blancat, ancien élève du père Gesta, dans le quartier, tout à côté au numéro 11.

 

Beaucoup de soins dans les détails :

on trouve les mêmes chardons en décoration sous le balcon qui surmonte cette verrière (à gauche).


___________________________________________________________________

 

 

 

Ci-dessous :

Rue Volta. Double porte (reconstituée) donnant sur le jardin. Les vitraux au centre ont été remplacés par des vitrages transparents pour laisser entrer la lumière ; ils équipent maintenant une double-porte permettant l'accès à la cuisine.

 

Verrière rue Volta, quartier Chalets Toulouse
Verrière rue Volta
Verrière rue Volta, quartier Chalets Toulouse
Côté rue, le salon est éclairé par une verrière décorée de guirlandes de liseron (cliquez).
Entre les deux, une double porte dont le dessin rappelle le motif côté jardin
Entre les deux, une double porte dont le dessin rappelle le motif côté jardin

___________________________________________________________________

 

 

 

Ci-dessous :

rue du Commissaire Philippe, vers 1880

Travail soigné, très bon état de conservation.

Côté rue, salon
Côté rue, salon
Côté jardin, salle à manger
Côté jardin, salle à manger
Maison voisine de la précédente, une exécution très proche, seuls les médaillons diffèrent.
Maison voisine de la précédente, une exécution très proche, seuls les médaillons diffèrent.

 _______________________________________________________________________

 

 

Boulevard Matabiau, la façade sur jardin d'un immeuble est, sur trois niveaux, équipée de vitraux comportant un médaillon. (Six fenêtres, vers 1900).

On peut retrouver les médaillons sur la page qui leur est dédiée.
On peut retrouver les médaillons sur la page qui leur est dédiée.

 

____________________________________________________________________

 

bd Matabiau

 

 

Même pièce de séjour, même jardin.

Les portes-fenêtres sont séparées de 2 mètres environs.

Les médaillons sont reproduits dans la page éponyme.

Bd Matabiau, vers 1880.


____________________________________________________________________

 

 

 

 

La maison où a vécu le Commissaire Philippe est particulièrement représentative de l'art nouveau (avec une inspiration flamande dit urban-hist). Les vitraux donnant sur l'extérieur sont très intéressants. On ne peut malheureusement qu'en avoir une vue partielle.

La maison, en mauvais état, mériterait une rénovation. Nous essayons de motiver la Mairie afin qu'elle soit restaurée et qu'on puisse enfin honorer la mémoire de ce héros de la Résistance que fut Jean Philippe.

Rue du Commisaire Philippe, 22, sur un fond de rideau rouge. Vers 1900
Rue du Commisaire Philippe, 22, sur un fond de rideau rouge. Vers 1900

____________________________________________________________________

 

 

Des carrés et des cives (disques)  accueillent en médaillon des écussons avec croix d'Anjou (ou de Lorraine) et aigle à deux têtes. Vue depuis la rue, puis, au-dessous, de l'intérieur.

Vue de l'intérieur. Curieux médaillons, l'un avec un aigle à deux têtes, l'autre avec une croix de lorraine (ou d'Anjou ?)
Vue de l'intérieur. Curieux médaillons, l'un avec un aigle à deux têtes, l'autre avec une croix de lorraine (ou d'Anjou ?)

 

 

_____________________________________________________________________

 

 

 

Complémentaires, des petits vitraux sur séjour peuvent éclairer ponctuellement une zone de la pièce ou un meuble, leurs dimensions restreintes peuvent surprendre dans un grand volume.

 

 

____________________________________________________________________

 

 

42 bd de Strasbourg, immeuble daté par urban-hist première moitié du 19ème sans plus de précision...

 

Le dessin sur la première fenêtre n'est pas habituel dans le quartier. Les fleurs représentées semblent des liserons géants (volubilis ?), dont on peut deviner les nervures en grossissant (cliquez).

 

Les formes des fleurs du décor suivant semblent proches mais les feuilles sont très différentes.

 

Au-dessous on trouve un décor à base d'iris.

 

Enfin le vitrail peint fait penser aux scènes japonisantes très à la mode à partir de 1875 (voir aussi ci-dessus la grande verrière de Doumerc et celles de la rue Claire Pauilhac en dessous).

 

Le style, plutôt fin de siècle, semble un peu éloigné du début 19ème.

 

Les images des vitraux ont été "poussées" à l'aide de l'ordinateur.