Carrefour Chalets-Concorde-Merly

27 avril 2016 : sans doute une jambe cassée pour ce motard se dirigeant vers Jeanne d'Arc qui a rencontré une voiture venant de J. d'Arc et tournant à gauche rue Merly. Un grand classique, hélas !
27 avril 2016 : sans doute une jambe cassée pour ce motard se dirigeant vers Jeanne d'Arc qui a rencontré une voiture venant de J. d'Arc et tournant à gauche rue Merly. Un grand classique, hélas !

 

Mercredi 28 septembre, à l'heure de la rentrée des classes : 2 gamines traversaient, imprudemment semble-t-il, pour rejoindre la rue Merly et le lycée. Une voiture venant d'Arnaud Bernard en a écharpé une, emportée par une ambulance.

Dire que la Mairie soutient qu'il n'y a plus d'accidents de personnes sur ce carrefour depuis 2013 !

 

Ici les cartons (accompagnés de bruits qui nous font toujours sursauter) ne manquent pas au quotidien. Laurent, vendeur de légumes au coin du marché Cristal indique qu'il n'est pas rare qu'il y en ait 3 ou quatre dans une même semaine.

 

On ne trouve pas facilement de synthèse mettant en évidence la dangerosité de cette zone de rencontre (hum...)

Les accidents de personnes (ceux qui nécessitent l'intervention des pompiers et/ou du SAMU) sont toutefois répertoriés et enregistrés. Les données sur les accidents (période 2008-2012) ont été mises à jour en décembre sur l'open data de la Métropole. Elles sont difficiles à dénicher et encore plus difficiles à évaluer.

On a rassemblé ici ci-dessous les morceaux de copies d'écran qui concernent les carrefours -Chalets et Concorde- et les abords immédiats (segments).

Il manque les conséquences de ces cartons : combien de jambes ou de bras en morceaux, de hanches massacrées avant l'heure,  voire de colonnes difficilement raccommodables ? Combien de vies durablement amputées d'un quotidien confortable ?

 

 

 

 

 

 

Messages reçus

Nom: Mathieu Villion

16 octobre 2016

Message: [Joan Busquets propose d'inverser le sens de circulation sur le "boulevard du canal", ce qui semble une bonne idée pour éviter les inversions de sens aux extrémités.]
Les "boulevards intérieurs" se sont réduits à 2x1 voies entre Arcole et Strasbourg du fait de l'aménagement des voies de bus. Comme les boulevards intérieurs et les boulevards du canal sont assez proches à l'échelle de la ville, il devrait être possible de passer les boulevards intérieurs en sens unique. Cela permettrait de garder une voie pour les bus, et 3 voies pour les véhicules. Personnellement j'utilise déjà ces boulevards en sens unique à voiture.

Pour ce carrefour, il n'y aurait plus besoin de feux pour le véhicules, seulement pour permettre aux piétons de traverser le boulevard. Le danger serait moindre puis qu'il viendrait seulement d'une seule direction.

 Bonne remarque, mais il faut conserver un double-sens pour les vélos qui ne feront pas le détour par le Canal. Comment faire en conservant le marché Cristal ? A.R.

Un aménagement primordial

 

Depuis des années les municipalités changent mais le problème -reconnu par tous comme étant grave- demeure. La Gazette en parle depuis sa naissance, et ce n'est pas La Gazette qui en a parlé la première.

Réputé comme le deuxième carrefour accidentogène de Toulouse, le point de jonction du boulevard (en réalité ils sont deux : Strasbourg et Arcole) et des voies de circulation Merly - Concorde - Chalets date sûrement de 1830 lorsqu'on a abattu les remparts pour les remplacer ensuite par le boulevard. Il faut simplement organiser les trajets des véhicules (qui sont nombreux et roulent plus vite qu'autrefois) et celui des piétons-vélos qui n'ont pas de sens uniques à respecter et souhaitent pouvoir traverser le boulevard qu'ils ressentent souvent comme une muraille difficilement franchissable

 

Un petit dessin vaut mieux qu'un long discours :

Bd d'Arcole (à gauche), rue des Chalets, rue de la Concorde, bd de Strasbourg (à droite) et rue Merly en bas. Un seul point de croisement si on excepte le tourne à gauche vers la rue des Chalets
Bd d'Arcole (à gauche), rue des Chalets, rue de la Concorde, bd de Strasbourg (à droite) et rue Merly en bas. Un seul point de croisement si on excepte le tourne à gauche vers la rue des Chalets

 

Un seul carrefour pour 5 voies de circulation, il faut un rond-point pour résoudre un tel problème. Plus des feux pour les piétons et les vélos.

Hélas (?) le boulevard n'est pas assez large pour en installer un ici. La solution imaginée en 2005 par les techniciens de la ville était de répartir les flux non pas sur un seul carrefour mais sur deux, comme d'ailleurs le suggère le plan ci-dessus : un carrefour au droit de la rue de la Concorde comme actuellement, un autre au droit de la rue des Chalets. Le premier peut supporter le trafic tourne à gauche de Jeanne d'Arc vers Merly, l'autre le trafic tourne à gauche également d'Arnaud-Bernard vers les Chalets et la Concorde par les rues de Queven et Pauilhac, le tourne à gauche actuel directement vers la Concorde étant supprimé.

 

On arrive au schéma suivant (pour les véhicules à moteur) :


Pour les vélos le schéma est comparable mais les traversées du boulevard peuvent se faire dans les 2 sens le long des passages piétons protégés par des feux.

 

Alors pourquoi ?

Pourquoi c'est toujours la galère d'utiliser ce deuxième carrefour le plus accidentogène de Toulouse alors que les techniciens de la circulation avaient proposé un plan cohérent il y a une dizaine d'années (en 2007) ?

Parce que nous attendons le plan global d'aménagement des boulevards (l'Octogone) sur lequel l'équipe de l'urbaniste Joan Busquets planche depuis des mois. Mais les élections municipales en ont retardé l'échéance. En 2016, il n'est plus question d'un plan d'aménagement des boulevards, il est temps de reprendre le projet d'aménagement du carrefour.

 

Souhaitons que les victimes des accidents survenus autour de ce carrefour aient la peau dure, celle des voitures l'étant trop.

 

Pour nous contacter vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez préciser si vous acceptez que votre message soit publié sur ce site, avec ou sans votre nom.

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.