Déplacements piétons

Barrière gênant les parcours piétons

Message du 26 février 15 : Bonjour,

J’ajoute tardivement à la discussion concernant les barrières qu’il me paraît incohérent que la rue du Capitaine Escudié soit encombrée de barrières. La rue des roziers dont le trottoir est pourtant plus étroit n’a pas à subir autant d’obstacles.
Peut-être que les barrières de la rue du Capitaine Escudié devraient être démontées? (Deux barrières sont ôtées en raisons des travaux actuels.)

Les coussins ralentisseurs sont également dangereux pour les vélos. En plus des bouches d’égout glissantes, du caniveau, du rebord du trottoir et des barrières, les coussins sont inclinés vers le caniveau. Il faut donc passer sur une bande très étroite entre le caniveau et la pente des coussins. Je me suis déjà fait des frayeurs à causes de ces maudits coussins.

Cordialement,
Mathieu Villion

Des accidents de piétons sur les coussins ralentisseurs inadaptés

Message du 4 février 2015: Objet : Déplacement piétons...sécurisés!

Bonjour à toutes et tous.

Le dernier trimestre dernier j'avais vu disparaître un coussin berlinois, dans notre quartier, remplacé par un autre type de ralentisseur. Ce type d'initiative a-t-il  été stoppé? La rue Dulaurier, étroite, avec des semblants de trottoirs peu praticables en possède encore un à chacune de ses extrémités. Or...or ce mardi matin 03/02, la neige tombe, cachant les coussins ! La neige tombe, et une de mes voisines aussi...Trottoir trop étroit, elle marche sur la chaussée, mais la neige lui masque le coussin, elle glisse. Bilan : un fémur cassé. En 2011, quasi la même mésaventure au même endroit pour moi.; je m'en sors sans casse, mais assommée....Donc, tant que la neige et son actualité sont fraîches, je voulais attirer votre attention sur ces fichus coussins qui sont accidentogènes aussi sous la pluie.

Merci à vous,
Bien amicalement,
Anne-Lise

Bonjour,


Je suis moi-même tombé le 3 février après-midi sur ce coussin ralentisseur après une superbe glissade rouge sur fond blanc de neige. Hanche droite un peu mâchée et quelques jurons à l'adresse des responsables : ça fait des années que l'association dénonce la surface dangereuse, sans aucune strie, de ce dispositif qui date d'avant la mise en place de la zone 30 dans le quartier.


Alain Roy


Message du 25 octobre 

Bonjour, Super site. Bravo. Dans les rues du quartier, j'apprends à ma fille que le piéton est l'ami des voitures. Raisonnement bizarre? Pour la majorité, les rues sont composées de 2 trottoirs séparés par une voie de circulation est une voie de stationnement. Comme le trottoir qui longe la voie de circulation est encombré de barrières de "protection", le seul trottoir qui soit praticable est celui où sont stationnés les voitures. D'où le conseil à ma fille. En fait de "protection", ces barrières étaient probablement destinées à empêcher le stationnement à l'époque où le stationnement résident n'existait pas. Ces barrières sont également un danger pour les cyclistes qui croisent des voitures. Dans ma rue, les piétons sont contraints de marcher à même la voie à cause de la combinaison poubelles/barrières. Il n'est pas possible de marcher à deux, côte à côte, à cause de ces barrières. Retirez les barrières et vous doublerez la taille du réseau pour les piétons! En retirant toutes ces obstacles et contraintes, le souffle de cette liberté de mouvement incitera peut-être les jeunes familles à rester dans le quartier et à remplir nos écoles. Cordialement, Mathieu Villion


Bonjour, et merci pour votre message


Les anciens de l'Association se rappellent bien, au début des années 90,  comment les voitures se garaient à cheval sur les trottoirs, et pas seulement dans le quartier. Les piétons ne pouvaient alors circuler que du côté protégé par les voitures, mais il était lui aussi souvent encombré. Les fabricants de barrières ont dû faire fortune car beaucoup des rues de Toulouse en ont été équipées, au grand soulagement des piétons.

Une commission Circulation composée de membres du bureau de l'association a aidé la municipalité d'alors pour dessiner un plan de circulation, toutes les rues devenant alors à sens unique (sauf la rue d'Orléans, dont les habitants ont résisté longtemps, et la rue Christophe Colomb qui est toujours à double sens mais supporte très peu de trafic).

La suppression des barrières permettrait effectivement de récupérer toute la largeur du trottoir (sauf présence de lampadaires, poubelles et autres obstacles habituels...) si les automobilistes se montraient raisonnables et laissaient leur véhicule sur la chaussée et du côté autorisé. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas. Peut-être pourrait-on faire un essai en mobilisant les agents pour qu'ils passent plusieurs fois par jour ? Actuellement je ne les crois pas assez nombreux.


Cordialement,

A. R.

Pourquoi un plan de déplacement piétons

à pied, à cheval, à vélo... (Gazette des Chalets n° 70 - été 2012)
à pied, à cheval, à vélo... (Gazette des Chalets n° 70 - été 2012)

 

Pour nous contacter vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez préciser si vous acceptez que votre message soit publié sur ce site, avec ou sans votre nom.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.