Sécurité

 

En construction



jeu.

19

sept.

2019

Circulation de transit : trafic moyen par jour ouvré

Ce n'est pas un sujet qui avait été oublié par les habitants, toujours agressés par cette circulation incompatible avec la vie d'un quartier. La Mairie avait oublié nos demandes de 2015 et 2016. L'interview de J-M Lattes dans Actu-Toulouse a été l'occasion de réveiller les riverains. Voici un article publié dans la Gazette n°99 (automne 2019) :

 

 

Transit : réunion au Capitole
Compte-rendu de la réunion avec Monsieur Jean-Michel Lattes, 1er adjoint au Maire, chargé des
déplacements et de la circulation, deux membres de Toulouse-métropole et Madame Jacqueline
Winnepenninckx-Keiser, maire de quartier.
En réponse à la lettre adressée par Bertrand Verdier, président de l’association (voir Gazette n°98 - extrait ci-dessous), rendez-vous a eu lieu mercredi 11 septembre [2019]. Nous avons exposé à M. Lattes et à son équipe les dispositifs simples et peu onéreux auxquels nous avons pensé, propres à mieux faire respecter la limitation de vitesse et à diminuer de façon significative une circulation
de transit incompatible avec la vie de quartier. Dans l’attente de la mise en œuvre du schéma directeur de J. Busquets recommandant une circulation en boucle (ou marguerite) dans le quartier, qui  supprimerait définitivement le shunt «Honoré Serres- Boulevards-Canal ».
Ces dispositifs s’appliqueraient donc sur l’axe Godolin-Mérimée-Ingres-Printemps- St-Papoul.
- Rue Godolin : passage piétons très surélevé au niveau du jardin du Verrier (comme devant toutes les écoles)
- Rue Mérimée : il s’agirait de créer une rupture et un ralentissement des automobilistes qui prennent le virage Balance-Mérimée, en changeant le stationnement de côté, en accord avec les habitants de la
rue.
- Rue Ingres : ralentir et complexifier le parcours en mettant en place un stationnement en quinconce pour casser l’effet rectiligne de la rue longue de 220 mètres.
Stationnement à droite d’abord, puis sans changement jusqu’au n°19, et à nouveau à droite du 20 au 22 avant l’école Billières.
- Rue du Printemps où l’on stationne des deux côtés de la rue, une vraie surélévation du carrefour avec la rue Saint-Hilaire, le maintien du feu au bout de la rue avec l’obligation de tourner à gauche vers le canal, puis d’emprunter les rues Franc ou Volta pour les automobilistes désirant rejoindre
la rue Matabiau vers le pont Matabiau ou Jeanne d’Arc.
-Enfin ces dispositifs seraient complétés de marquages au sol 30, de ralentisseurs plus efficaces et d’un radar pédagogique.
Nous avons été écoutés avec attention, M. Lattes nous a assurés que les études vont être lancées, mais la mise en œuvre ne pourra intervenir qu’après les élections municipales de mars 2020 pour éviter tout soupçon de favoritisme :
- Dans un 1er temps, un nouveau comptage du trafic et des mesures de vitesse seront réalisés (les derniers datant d’avril 2016 et ne rendant plus compte de la réalité augmentée par les applications de guidage type Wase sur smartphones).
- Les ingénieurs des services techniques de la métropole détermineront ensuite quelles solutions pourraient être les meilleures.
- Commencera alors une phase de présentation des mesures et de consultation des habitants du quartier, la Mairie voulant s’assurer du consensus le plus large.
Nous pensions que ces dispositifs pouvaient raisonnablement s’appliquer rapidement, notre attente est à cet égard un peu déçue. Il nous faudra rester en contact avec Toulouse-métropole pour manifester
notre détermination et procéder de notre côté à des rencontres avec les habitants du quartier concernés. Avec les mesures préconisées on peut espérer une baisse du trafic d’au moins 20% et des vitesses plus compatibles avec une vie de quartier.
N’hésitez pas à nous contacter en écrivant à la Gazette ou sur chalets-roquelaine.fr


Joachim Colberg, Claude Lalanne, Julio Navarro, Alain Roy.

Lire la suite 4 commentaires

sam.

14

sept.

2019

TESO, enquête publique complexe et concertation chaotique

 

ENQUÊTE PUBLIQUE

 

 

 

97% des projets soumis à enquête publique en France sont acceptés avec ou sans réserves.

 

 

 

TESO n'a pas fait exception à cette règle implicite : la Commission d'enquête (CE) a accepté l'ensemble des 5 projets qui lui étaient soumis.

 

La participation a été forte. Il faut dire que les métiers de la construction ont sollicité largement leurs adhérents, quelle que soit leur lieu de vie, afin qu'ils donnent un avis positif aux projets dont ils espèrent tirer bénéfice. Ainsi un maçon charentais a compté autant qu'un riverain de l'avenue de Lyon qui en sera chassé.

 

Tous les arguments avancés par les contributeurs n'ont pas fait l'objet d'une égale attention des commissaires. Le volet mobilités et ses conséquences sur la pollution a été totalement sous-estimés pour TESO dont les développement futurs (bureaux, logements, commerces) sont tout à fait incompatibles avec la voirie actuelle ou prévue. Pour compenser sans doute, la Commission préconise d’implanter les établissements accueillant des populations sensibles à l’écart des boulevards à fort trafic et d’étudier les différents moyens envisageables pour améliorer la qualité de l’air dans le secteur.

 

Nous n'aurons ainsi que nos yeux pour pleurer. Et prendre connaissance des statistiques de morbidité due à la pollution...

 

 

 

TOUR OCCITANIE

 

Malgré le peu d'enthousiasme manifesté par la CE dans son rapport en ce qui concerne les dépenses énergétiques et l'empreinte carbone (les tours ne font plus partie du modèle de sobriété énergétique du futur), elle passe outre aux dangers représentés par le manque d'expérience en ce qui concerne les tours arborées. Le rapport ne mentionne même pas les conditions de vent extrêmes déjà relevées à Toulouse, et se contente d'une citation en guise de remède aux « collisions mortelles contre les vitres [qui] constituent l’un des plus grands problèmes de protection des oiseaux de notre monde civilisé ».

 

A la lecture du rapport on ne peut que se rappeler que la présidente de la Commission d'enquête est la même personne qui a préconisé en 2016 la modification du PLU pour permettre, à l'emplacement du tri postal, une construction d'une hauteur de 150 mètres. Et s'interroger sur la nature des relations entre le préfet, qui nomme les commissions d'enquête, et le Maire qui promeut les promoteurs immobiliers.

 

Rapports de la commission d'enquête :
http://www.haute-garonne.gouv.fr/content/download/30786/205939/file/1%20Rapport%20TESO.pdf

 

http://www.haute-garonne.gouv.fr/content/download/30787/205943/file/2%20Conclusions%20TESO.pdf

 

 

 

 

 

Lire la suite 1 commentaires

ven.

23

août

2019

Les nuisances de la tour Occitanie

L'association Non au gratte ciel de Toulouse nous a communiqué un texte récapitulant les menaces que fait peser sur les Toulousains ce projet de construction d'une tour de 150m.

L'introduction est reproduite ci-dessous, l'intégralité du texte est téléchargeable avec le lien figurant en fin de page. L'association du quartier Chalets-Roquelaine partage la plupart des points exposés, en particulier ceux concernant la critique des résultats de l'enquête publique..

 

"

La tour Occitanie vient de voir son permis de construire signé en hâte par la mairie le 23 juillet dernier, une semaine seulement ( ! ) après la fourniture des conclusions étonnantes d’une enquête publique finalement très fumeuse.
Pourtant, de nombreuses questions ont été posées et restent aujourd’hui sans réelle réponse…
En particulier, aucune mesure n’est présentée pour réduire durablement les nuisances vers la population. C’est particulièrement vrai pour les riverains qui auront à en subir les conséquences, à la fois risques directs à très court terme (chantier, ombres portée, éblouissement, dangers en tous genres…), sur la qualité de vie à plus long terme (empreinte écologique), ou même du point de vue financier (impôts).
De plus, et malgré un certain nombre de mauvaises expériences vécues à Toulouse (Compans Caffarelli, Place Occitane, Centre Commercial Hippodrome…), le risque évident lié à l’exploitation commerciale de cette zone urbaine particulière (gratte-ciel) n’est absolument pas abordé dans le dossier.
Force a donc été au rédacteur de constater la nécessité de s’assurer que la population est prête à en payer le prix au jour le jour, qu’il soit économique, environnemental, sociétal, voire même sécuritaire. Et ce prix n’en est certainement pas réduit aux propos volontairement lénifiants proposés dans un dossier d’enquête publique que la Commission elle-même considère « complet dans sa forme d’un point de vue réglementaire, mais qui comporte beaucoup de redondances et redites (voire des dossiers en double), ce qui finit par perdre le lecteur ».
Ainsi, il nous semble légitime

  •  de demander l’abandon du projet en l’état
  •  de le reconnaître comme objet à soumettre au vote populaire, profitant des opportunités créées par les prochaines élections municipales de début 2020 ; ou par celles des récentes avancées du «grand débat ».

 

 

Lire la suite 0 commentaires

lun.

24

juin

2019

Métro 3ème ligne - enquête publique

date création 13 mai 2019

Rappel des positions défendues par l'association Chalets-Roquelaine

 

Depuis la publication du tracé choisi par Tisséo pour cette troisième "ligne de l'économie" sortie des discours électoraux du candidat Moudenc en 2014, l'association suit le dossier de près et vous a informés régulièrement dans la Gazette des Chalets.
On résume ici les épisodes précédents :

 

  • Oubliant le projet électoral dont le dessin passait au centre, le trajet marque des boucles au nord (Maga, La Vache) au détriment des intérêts des habitants et des commerces plus nombreux sur une ligne centrale entre les gares Matabiau et Colomiers.
  • Il est indispensable que cette troisième ligne soit vraiment efficace pour lutter contre une pollution de l'air hors normes alors que le trajet proposé par Tisséo satisfait en priorité les ambitions des promoteurs immobiliers.
  • L'énormité des sommes à investir (2,7 milliards €, avec un rendement 2 fois moindre que pour les lignes A et B) assécherait pour longtemps toute évolution indispensable aux autres modes de déplacement. Plusieurs étapes seront nécessaires.
  • L'enquête Ménages-déplacements de l'INSEE sur laquelle se fondent les études de la 3ème ligne date de 2012 ; les données sont à rafraîchir attentivement avant toute finalisation.
  • Cette ligne pourrait également desservir le quartier des Chalets, dont toute la partie nord en bordure de Canal -la plus peuplée et la plus polluée- est située à plus de 600m de la première station existante.

Voir aussi :

https://www.chalets-roquelaine.fr/2016/09/04/3%C3%A8me-ligne-de-m%C3%A9tro-elle-peut-aussi-des-servir-le-quartier/

https://www.chalets-roquelaine.fr/2017/04/01/pollution-de-l-air/

 

 

 

Lire la suite 0 commentaires

dim.

23

juin

2019

Paysandisia archon

Photo JLD - Mai 2019
Photo JLD - Mai 2019

Date de création 15/07/2018

 

Aujourd'hui 23 juin 13h15, je viens de voir un gros papillon s'envoler depuis le palmier qui se trouve dans ma cour. Peu de doute sur l'identité, il ressemblait à un Paysandisia. Était-il parasité par un des nématodes sorti du pulvérisateur il y a quelques semaines ? 

Le temps que je sorte avec une tapette à mouche il était passé par dessus le mur. Si vous en voyez un, n'hésitez pas à sévir. Mieux qu'une tapette, une raquette de badminton ou autre devrait être efficace. L'asso du quartier offre une récompense, à valoir lors du prochain repas de quartier, conservez les cadavres pour servir de preuve !

A.R.

 

_______________

 

La plupart des palmiers  sont attaqués par les larves d’un papillon arrivé d’Argentine il y a quelques années. On reconnaît la maladie aux palmes dont l’extrémité est mangée ou dont les feuilles sont simplement percées. Une chenille les a dévorées avant leur déploiement.
Sans réaction de la part des habitants, le quartier va perdre sa physionomie à laquelle la plupart d’entre nous sont attachés. Les insecticides chimiques sont très toxiques, en particulier pour les abeilles qui n’ont pas besoin de ça. Mais il existe des bestioles microscopiques (des nématodes) capables d’infecter les larves et les papillons et de les dévorer de l’intérieur.
L’application se fait au moyen d’un pulvérisateur. Deux fabricants pour ce type de produit, assez cher et livré en conditionnement pour 3 ou 5 arbres, ou plus encore. Cherchez nematodes palmier et ne choisissez pas le produit le plus cher...
Si vous n’avez qu’un arbre chez vous, profitez-en pour dire bonjour à vos voisin(e)s et partager votre achat (conservation au frigo). Il vaut mieux faire plusieurs pulvérisations dans l’année, avant d’arriver au stade terminal qui nécessite des moyens importants pour l'enlèvement...


https://papillon-du-palmier.com/traitements.htm

(Extrait de la Gazette 98)

Lire la suite 0 commentaires

jeu.

06

oct.

2016

Cambriolages : attention aux monte-en-l'air

Dans la nuit du 4 au 5 mai, des cambrioleurs ont opéré dans le quartier.

 

Ayant pu pénétrer à l'intérieur d'un pâté de maisons par une porte mal fermée sur la rue, ils ont essayé d'ouvrir toutes les portes donnant côté cour ou côté jardin, sachant par expérience que les habitants négligent souvent de vérifier le verrouillage des portes et de fermer leurs contrevents ou leurs volets qui ne donnent pas sur la rue. Ces monte-en-l'air ne se contentent pas d'opérer en rez-de-jardin mais escaladent les façades en s'aidant du mobilier trouvé sur place, voire d'une échelle traînant sur un chantier ; ils passent d'un jardin à l'autre sans difficulté.

Ils opèrent sans bruit donc sans réveiller les dormeurs.

 

Bilan de l'opération : quelques centaines d'euros envolés (je venais de passer au distributeur), un appareil photo avec ses milliers de clichés stockés sur la carte mémoire, une demi-douzaine de dossiers à remplir pour remplacer les papiers d'identité (avant de les retrouver jetés par terre dans le jardin), des heures d'attente aux différents guichets : commissariat, mairie, préfecture, assurances diverses... Et à propos d'assurances, l'assurance vol ne joue que si une trace d'effraction est constatée.

Une chance, il n'y avait pas de bijoux accessibles.

 

Tout ça pour une porte mal fermée ?

Dorénavant je vérifie tous les soirs les fermetures, et vous engage à en faire autant.

A.R.

Le cambriolage d'un pâté de maisons c'est d'abord une porte d'immeuble mal fermée sur la rue qui ouvre l'accès, à travers les jardins, à des dizaines de logements eux aussi souvent mal fermés...
Le cambriolage d'un pâté de maisons c'est d'abord une porte d'immeuble mal fermée sur la rue qui ouvre l'accès, à travers les jardins, à des dizaines de logements eux aussi souvent mal fermés...
1 commentaires

Attention au pillage des bagages dans les voitures !

Message reçu le 12/01/2015: 

Bravo pour votre engagement pour notre quartier.
Je tiens à vous informer de la mésaventure survenue à des amis qui
se sont garés rue saint Hilaire pendant une petite demi heure et qui
ont vu leurs bagages dérobés dans leur coffre où ils n'étaient pas
visibles et ceci sans effraction ! Selon la police, c'est assez
courant , certains individus possédant des copies des constructeurs
pour ouvrir les nouvelles voitures équipées de serrures magnétiques.
C'était le 1er janvier vers 19h et la voiture une BMW.
Quelques effets ont pu être retrouvés près ou dans une poubelle
de la rue mais hélas tout ce qui avait de la valeur avait disparu.
La voiture était garée presque à l'angle de la rue des Chalets.
Le commissariat n'a pas été étonné et a fait part de nombreux
cas dans notre quartier.

Comme cela se passe dans notre quartier, une mise en garde peut
être utile !

Ps je ne souhaite pas voir figurer mon nom. Merci


 

Dans une rue voisine, Saint-Honest, un vol avec bris de vitre d'un bagage oublié sur un siège arrière (10 janvier).

 

 

 Dans le même coin, rue des Chalets : encore des bris de rétroviseurs.

Un geste imbécile qui pourrait coûter cher à leurs auteurs, ou, plus probablement, à leurs parents.

Le remplacement d'un rétro peut être facturé plus de 500€, dix remplacements de rétroviseurs anéantiraient un budget vacances...

 

 

 

Propreté

  • Donnez-nous votre avis à l'aide du formulaire ci-dessous, merci

 

Vous pouvez préciser si vous acceptez que votre message soit publié sur ce site, avec ou sans votre nom.

 

 

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.